Si le fœtus est Rh positif, il existe un risque que certains de ses globules rouges pénètrent dans le sang de la mère à travers le placenta pendant la grossesse et surtout pendant le travail et l'accouchement. Le système immunitaire de la mère réagit alors en créant des anticorps pour se protéger. Cette activation s'appelle 'prise de conscience'(Rh isoimmunisation): le système immunitaire de la mère stocke ensuite ces anticorps en cas de réapparition des cellules étrangères.

En règle générale, les premiers-nés, même s'ils sont Rh +, ne sont pas affectés (0,4 à 2% des cas) par cette incompatibilité, sauf si la mère a déjà subi un avortement, une grossesse extra-utérine ou une transfusion sanguine. Du sang Rh + qui aurait pu sensibiliser votre corps, car il faut du temps pour qu'il développe suffisamment d'anticorps pour attaquer le sang du fœtus. Pour cette raison, il est dit que l'incompatibilité du facteur Rh est plus dangereuse lors de la deuxième grossesse.

Quand il n'y a pas de danger

Si, au cours de la deuxième grossesse, le bébé hérite du groupe sanguin de la mère, il n'y aura pas de problème non plus. Même chose lorsque les deux parents sont Rh positifs; ni si la mère est Rh positive et le père Rh négatif ou lorsque les deux parents sont négatifs: le bébé le sera forcément aussi. Le danger possible vient toujours lorsque la mère est négative et que le père est positif.

Mais cela, l’une des premières et des plus importantes analyses qu’un couple qui pense à concevoir doit faire est un test sanguin qui aide à connaître son groupe sanguin et Rh afin d’exclure les incompatibilités éventuelles entre eux.

Courroie de distribution : Les conseils de nos garagistes / Top Entretien #4 (avec Denis Brogniart) (Août 2019).