Le préfet de la ville de Sao Paulo signera une ordonnance en vertu de laquelle tout lieu où une mère est interdite allaiter son fils en public sera condamné à une amende de 500 reais (soit environ 145 euros), sanction qui sera doublée en cas de rechute de l’établissement.

La ville brésilienne deviendra ainsi la première ville au monde à sanctionner cette action, même si au Royaume-Uni une loi garantit déjà le droit des mères à allaiter à ses les bébés en public. En Espagne, le groupe L'allaitement maternel en liberté, formé de mères et de pères désireux de supprimer les obstacles à l'allaitement en public et de soutenir les femmes qui en font l'objet de discriminations, exigent la création d'une loi semblable à celle du Royaume-Uni pour protéger l'allaitement maternel.

Au Royaume-Uni, une loi garantit déjà le droit des mères d'allaiter leurs bébés en public.

La controverse a éclaté à Sao Paulo lorsqu'une femme qui était avec deux amis dans l'espace réservé aux enfants d'un SESC - un centre culturel public - de la ville a tenté d'allaiter sa fille et qu'un responsable lui a dit que cela n'était pas autorisé. manger dans ce domaine, même si, comme l'expliquait la victime, via les réseaux sociaux, si vous pouviez donner une bouteille, ce qui était interdit, c'était "l'allaitement".

Le témoignage de cette mère en Facebook et dans la presse, il était favorable à l'organisation d'une réunion sur l'allaitement collectif par le biais du réseau social, et le responsable du SESC s'est excusé pour ce qui s'était passé, expliquant qu'il s'agissait d'un problème de communication. Le gouvernement local a également réagi aux protestations de toutes les femmes qui se sentent victimes de discrimination lorsqu'elles tentent d'allaiter leurs enfants, et la nouvelle ordonnance servira à soutenir l'allaitement maternel librement et à la demande, comme recommandé par leur propre Organisation mondiale de la santé (OMS).

J.-J.Rousseau - Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité... SOUS-TITRES, (Août 2019).