Quelques semaines après le Journée mondiale d'audience - qui est commémoré chaque 3 mars - l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié un nouveau document dans lequel elle met en garde contre le augmentation des cas de perte auditive o perte d'audition dans le monde entier, et dans lequel il recommande avec l’Union internationale des télécommunications (UIT) une série de règles pour l’éviter.

Près de la moitié des personnes âgées de 12 à 35 ans du monde entier, ce qui signifie 1,100 million jeunes, ils courent le risque de voir leur capacité d’audition se détériorer à la suite de exposition à des bruits forts depuis longtemps. L'une des raisons de cette perte d'audition est l'utilisation de périphériques audio personnels permettant de lire de la musique à un volume élevé via des écouteurs, tels que les smartphones, les fichiers MP3 ou MP4.

En 2050, plus de 900 millions de personnes subiront une réduction de leur audition, ce qui représente un habitant sur dix de la planète.

Selon les données de l'OMS, plus de 5% de la population, soit environ 466 millions d'individus, en particulier 432 millions d'adultes et 34 millions d'enfants, souffrent d'une perte auditive qui les cause handicap. Ce problème réduit la qualité de vie des personnes touchées, la plupart d'entre elles résidant dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Les experts ont estimé qu'en 2050, une personne sur 10 aurait une déficience auditive, ce qui représente plus de 900 millions de personnes.

Règles de l'OMS pour la santé auditive

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, a souligné l’importance de prendre soin de la santé auditive, car une fois qu'il est perdu, vous ne pouvez pas récupérer. Cependant, la moitié des cas de problèmes d'oreille peuvent être évités. Par conséquent, dans le document présenté, un règlement non contraignant a été partagé pour la fabrication et l'utilisation de ces smartphones et lecteurs audio, afin que votre écoute est plus sécurisée. Parmi ces règles ou conseils figurent:

  • Incorporer la fonction de marge sonore: L’OMS recommande que les smartphones intègrent un logiciel permettant de connaître le niveau et le temps d’écoute des bruits, tels que la musique ou les vidéos, au casque. De cette manière, l'utilisateur peut connaître son degré d'exposition et également suivre les conseils personnalisés que la plate-forme peut offrir.
  • Limitation de volume: il existe plus d'options de régulation du son sur les appareils mobiles, telles que la réduction automatique ou le contrôle parental.
  • Informations générales: Les appareils pourraient également ajouter une section dans laquelle les doutes les plus fréquents au sujet du son sont résolus, tels que le risque d'écouter de la musique à volume élevé, comment cela affecte nos oreilles ou quelles sont les limites, entre autres.

Il existe également d'autres recommandations adressées à l'industrie et au gouvernement, qui préconisent la création de politiques plus restrictives concernant le bruit généré dans les stades, les concerts, les restaurants, les cours de sport et la vie nocturne. L’Union européenne est la seule région au monde à établir un limite en décibels émis par un périphérique audio, qui sont une norme de 85 décibels, pouvant atteindre un maximum de 100.

Interview du Dr Shelly Chadha, de l'OMS (Août 2019).