Voici quelques points à connaître sur la surveillance fœtale:

  • La surveillance n’est pas obligatoire, mais c’est l’une des avancées actuellement disponibles qui offre des informations importantes.
  • L'utilisation de la surveillance ne signifie pas que quelque chose ne va pas. Il est utilisé par routine.
  • C'est une technique non invasive, même la surveillance interne ne pose aucun problème pour le bébé.
  • Au cours de la surveillance, la femme peut choisir la position qu’elle considère la plus confortable. Normalement, lors des consultations de grossesse, il est généralement allongé ou assis sur une chaise, mais lors de l'accouchement, la surveillance ne doit pas interférer dans la position que la femme enceinte souhaite adopter à tout moment.
  • Le rythme cardiaque fœtal normal se situe entre 120 et 160 battements, mais il peut être supérieur ou inférieur à certains moments sans problème.
  • Si la fréquence cardiaque fœtale (FHR) reste inférieure à 100 pendant un certain temps, ou si ces gouttes se répètent fréquemment au cours de la surveillance, la mère est généralement assommée du côté gauche afin que davantage d'oxygène atteigne le fœtus. Ou directement on ajoute de l'oxygène.
  • La fréquence cardiaque fœtale peut également chuter car après avoir mis la péridurale, la tension de la mère baisse, mais elle peut être récupérée en la déplaçant et en la tirant du côté gauche.
  • Pendant le travail, lorsque la femme a une contraction, il est normal que la FCF mesurant la ligne de base diminue, mais cela n’implique pas une détresse fœtale si, après la contraction, elle revient à la normale.
  • Si la surveillance montre une augmentation ou une diminution marquée de la fréquence cardiaque de base ou des décélérations, d'autres tests de contrôle seront effectués ou, selon les cas, il sera décidé de mettre fin à la grossesse par induction du travail ou par césarienne.

Quels sont les symptômes à surveiller lors d'une grossesse à risque élevé (Septembre 2019).