Un autre des doutes les plus courants chez les femmes qui viennent de devenir mères et qui souffrent d’une maladie ou qui traversent un processus infectieux ou qui font simplement de la fièvre est de savoir si elles peuvent prendre médicaments si vous allaitez vos bébés, ou s’ils doivent arrêter de le faire alors qu’ils prennent des médicaments, ou quels médicaments qu’ils ne peuvent pas prendre pendant cette période.

Bien qu'il soit vrai que les médicaments passent dans le lait maternelpresque tous le font à des doses si peu appréciables qu’elles ne représentent aucun problème pour le nourrisson. C'est pourquoi la grande majorité des médicaments couramment utilisés ou courants sont compatibles avec l'allaitement. Pour en savoir plus sur leur compatibilité, et au-delà des perspectives qui, dans la plupart des cas, découragent systématiquement l’allaitement au sein plus par précaution que parce qu’elle repose sur une base scientifique, vous pouvez consulter le site Web e-lactancia.org , libre d’utilisation, en espagnol et en anglais, qui regroupe près de 30 000 termes entre médicaments, principes actifs ou plantes médicinales.

Il existe des options pour contrôler la fièvre des mères allaitantes.

En tout état de cause, il s’agit des médicaments les plus couramment utilisés et de leur compatibilité avec l’allaitement:

  • Si votre cas est celui d’une mère allaitante souffrant de fièvre ou de douleurs, sachez que parmi les analgésiques et antipyrétiques Le paracétamol le plus sûr se distingue, parfaitement compatible et sans risque pour l'allaitement et l'allaitement. Ils sont suivis par d’autres comme l’aspirine et le métamizol, également tout à fait en sécurité.
  • Comme pour le antidiarrhéiquesont également compatibles avec l’allaitement (colistine, mésalazine, rifaximine ou nifuroxazide, par exemple), y compris le chlorhydrate de diphénoxylate, qui présente un risque probablement faible.
  • Alors sont les Anti-inflammatoires non stéroïdiens à usage topique, tel que l'ibuprofène, qui est le plus couramment utilisé.
  • Les antidépresseurs, s'ils sont prescrits, peuvent également être utilisés, le moclobémide étant l'option la plus appropriée.
  • Si on parle de anxiolytiques, le lorazépam, l’hydroxyzine ou l’oxazépam sont ceux qui présentent le maximum de sécurité d’utilisation chez la femme qui allaite.
  • Le anesthésiques généraux qui sont utilisés de nos jours sont également compatibles avec l’allaitement, car ils sont éliminés très rapidement et permettent l’allaitement après l’intervention ou au réveil, lorsque la mère est en mesure de le faire. De plus, dans le cas d'opérations nécessitant une hospitalisation, la mère a le droit de demander une chambre individuelle afin que le bébé ou l'enfant puisse continuer à être nourri au sein.
  • Comme pour le traitement dentaire, comme obturations, extractions ou endodontie, il convient de noter qu’ils ne sont pas incompatibles avec l’allaitement.
  • Ni les tests médicaux, tels que les rayons X, la tomographie ou la mammographie, car les rayons X ne restent pas dans le corps et n'affectent en aucune manière le lait maternel.

Allaitement et traitements contre le cancer

José María Paricio, pédiatre et président de l'Association pour la promotion et la recherche scientifique et culturelle de l'allaitement maternel (APILAM), fondateur de e-lactancia.org, précise que seulement entre 5% et 10% des médicaments ils ne sont pas compatibles, et ils sont fondamentalement le médicaments antinéoplasiques. Et avertit que bien que pendant un traitement contre le cancer ne puisse pas allaiter, "il existe une ressource entre cycle et cycle, et en fonction de l'élimination du médicament en question, être capable d'allaiter après des interruptions pour s'assurer qu'il n'y a pas de trace de médicament dans le plasma de la mère. "

En tout état de cause, l'expert ajoute que dans ce type de situation, le mieux est de l'évaluer avec le service d'oncologie.

Grossesse et VIH, est-ce que c'est compatible? (Septembre 2019).