Le sigmoïdoscopie C'est une technique qui permet de visualiser la dernière partie du gros intestin, le sigmoïde et le rectum. Avec ce test, des altérations locales du côlon peuvent être détectées, de les hémorragies jusqu'à tumeurs. Contrairement à la coloscopie, avec la sigmoïdoscopie, vous ne pouvez pas étudier tout le côlon, elle ne sert donc qu'à effectuer une étude initiale, mais cela suffit parfois.

Pour effectuer ce test, un sigmoïdoscope, qui est un endoscope fin mesurant 15-20 cm de long et moins de 1 cm de diamètre. On utilise aujourd'hui des sigmoïdoscopes flexibles, qui sont plus sûrs car ils se plient facilement entre les courbures du sigma. À la fin, il possède une lumière halogène, qui ne dégage pas de chaleur, et une simple caméra qui enregistre les images en direct et les transmet par fibre optique à un écran.

La technique est réalisée par le gastro-entérologue, qui est le médecin spécialiste du système digestif, et qui sera celui qui considérera quand il est nécessaire de la réaliser et quand il peut fournir des informations utiles. Comme il n'est pas introduit dans tout le côlon, la préparation précédente est plus simple que nécessaire pour une coloscopie. Il suffit de nettoyer le sigma et le rectum pour que les selles ne gênent pas l’étude de la muqueuse intestinale.

La sigmoïdoscopie ne provoque pas de douleur chez le patient, elle peut même être faite sans sédation, contrairement à la coloscopie. Pour son confort et son efficacité, il est considéré comme un test rapide pour le diagnostic des maladies de la partie inférieure du gros intestin, ce qui peut être suffisant pour obtenir un diagnostic direct ou constituer l'étape précédente d'une coloscopie.

Une nouvelle technique de coloscopie plus performante (Septembre 2019).