'Eco', 'bio', 'bio', 'naturel'..., sont des termes que nous pouvons facilement trouver dans n'importe quel supermarché et qui nous réfèrent à un type de production alimentaire (agriculture ou élevage) durable. Cependant, toutes les mentions ne sont pas acceptées et ne veulent pas dire la même chose. Le règlement établit clairement les directives à respecter pour que l’on puisse considérer qu’un la nourriture est écologique, et seuls les produits qui les suivent peuvent l’indiquer sur l’étiquetage.

Les consommateurs ont tendance à identifier les aliments biologiques dont les caractéristiques ne correspondent pas toujours à celles établies par la législation. Selon la réglementation, seuls les produits agricoles vivants ou non transformés (animaux et cultures), les produits transformés destinés à la consommation humaine (viande, légumes ...), les aliments pour animaux et les semences peuvent être qualifiés de biologiques.

Législation sur les aliments biologiques

Le production écologique Il est réglementé dans l'Union européenne depuis 1991. Le règlement 834/2007 sur la production et l'étiquetage des produits biologiques est actuellement en vigueur (élaboré dans le règlement 889/2008) et définit les «règles du jeu» pour ces aliments. Par conséquent, «écologique» est un terme qui définit le produit qui adhère à une réglementation. il fait référence à la conformité à ce règlement et est une définition purement légale.

La législation établit que la production biologique doit assurer un système viable de gestion agraire par le biais de processus qui ne nuisent pas à la environnement, ni la santé des animaux et des personnes. Pour ce faire, la priorité est donnée à utilisation des ressources naturelles et l'utilisation de moyens artificiels tels que les engrais, les produits phytosanitaires ou les médicaments est limitée (mais pas interdite). Cela signifie que s’il existe un système naturel permettant de lutter contre les parasites des cultures (comme le choix d’une variété agricole ou la rotation des cultures), cette méthode doit être choisie.

Mais si les méthodes naturelles ne suffisent pas, le règlement 889/2008 établit une liste de substances pouvant être utilisées en agriculture biologique. À l'heure actuelle, la liste ne contient que des composés d'origine végétale, animale, microbienne ou minérale, mais si leur qualité n'est pas adéquate ou en l'absence d'alternative, il est également prévu que des substances synthétiques puissent être autorisées.

De même, dans le cas de production de bétailSi une maladie ne peut pas être combattue par d'autres méthodes, des médicaments vétérinaires, y compris des antibiotiques, peuvent être utilisés.

C'est quoi le bio ? - 1 jour, 1 question (Août 2019).