Un polype utérin est une tumeur ou excroissance qui fait saillie dans la cavité utérine, qui est reliée par une tige ou un pédicule. Le polype de l'endomètre (l'endomètre est la couche qui tapisse l'intérieur de la cavité utérine) elle-même, elle est recouverte d'épithélium et formée par une quantité variable de stroma, de glandes et de vaisseaux sanguins. Bien qu'ils apparaissent généralement à la lumière de l'utérus, ils se trouvent parfois dans le cou ou dans le vagin.

Ce sont les pathologies bénignes les plus courantes chez les femmes atteintes de saignements utérins anormaux ou l'infertilité, qui sont deux des principaux symptômes qu'ils produisent. Cependant, un pourcentage élevé de polypes de l'endomètre sont asymptomatiques.

Bien qu'ils soient généralement bénins, ils peuvent être malins dans 0,5 à 1% des cas, en particulier pendant la ménopause. Le risque de malignité du polype endométrial après la ménopause est variable et est lié à un saignement utérin anormal. Dans les cas asymptomatiques, le risque est minime.

Ils peuvent être simples ou multiples, pédiculés ou sessiles (large base d'implantation) et de tailles différentes (de quelques millimètres à plusieurs centimètres). Certains polypes sont très petits et n'influencent pas la fertilité, mais d'autres peuvent rendre difficile le transfert du sperme, ainsi que l'implantation de l'embryon.

En ce qui concerne le diagnostic, le hystéroscopie Il s’agit d’une méthode simple, sûre et efficace qui permet d’observer le polype et de l’enlever pour étude ultérieure, en associant diagnostic et traitement selon la même technique. L'échographie transvaginale et l'échographie sont également disponibles hystérosonographie, mais ces tests sont exclusivement diagnostiques.

Epidémiologie des polypes utérins

La fréquence réelle des polypes de l'endomètre est inconnue, car nombre d'entre eux ne provoquant pas de symptômes, de nombreuses femmes les présentent sans le savoir. On estime que sa prévalence varie entre 10 et 24% de la population générale.

Sa présence a été décrite chez les personnes âgées de 12 à 81 ans, bien que la période d'apparition la plus fréquente se situe entre 40 et 65 ans. Ils sont extrêmement rares chez les adolescents.

Parmi les polypes à l'origine des symptômes, la prévalence augmente avec l'âge et semble être plus élevée chez les femmes non ménopausées que chez les femmes ménopausées.

Polypes : quels symptômes ? dans quels cas faut-il consulter ? (Août 2019).