Les femmes enceintes présentant une carence en vitamine D ont plus de chances d'accoucher par césarienne (17%) que celles qui présentent des taux normaux de cette vitamine. Cela a été démontré par plusieurs études menées par des chercheurs américains, de la Université de Boston School of Medicine (BUSM) et le Boston Medical Center (BMC).

Les auteurs de ces études ont analysé la relation entre la concentration de vitamine D dans le sérum maternel et la prévalence de la césarienne sur une période de deux ans, en observant une association inverse. Autrement dit, plus la concentration de cette vitamine est faible chez la femme enceinte, plus la probabilité d'accouchement par césarienne est grande.

La fonction de cette vitamine est de faciliter le passage du calcium dans les os et, quand il n’est pas présent en quantité suffisante, le calcium n’atteint pas les os qui s’affaiblissent et commencent à se déformer de manière irréversible. C'est ce qu'on appelle le rachitisme, une maladie qui touche surtout les enfants lorsqu'ils souffrent d'un déficit en vitamine D au cours de son développement. Bien que le rachitisme ait presque disparu avec la découverte de la vitamine D, les carences en vitamine D sont largement répandues dans les pays industrialisés. Les besoins quotidiens en vitamine D sont compris entre 1 000 et 1 500 mg.

23 bienfaits de la vitamine D qui peuvent vous sauver la vie (1/2) (Août 2019).