Le troisième phase du travail est appelé naissance et c'est la période qui s'écoule entre la sortie du fœtus et l'expulsion du placenta. Après la naissance du bébé et la séparation de la mère en coupant le cordon ombilical, il existe des contractions, moins intenses et moins douloureuses que celles de la période de dilatation, qui entraînent une réduction de la taille de l'utérus et qui, lors de la contraction, aident que le placenta, les membranes et le reste du cordon sont détachés de la paroi utérine et expulsés vers l'extérieur.

Dans cette phase, aucune aide extérieure n'est nécessaire, il suffit de maintenir le repos qui se produit naturellement après l'effort et d'attendre le corps, à travers des contractions douloureuses, pour expulser tout ce qui reste. Ce processus peut prendre de quelques minutes à une heure. Par conséquent, de nombreuses femmes optent pour une livraison dirigée en administrant de l'ocytocine, ce qui diminue le risque d'atonie utérine et réduit le temps d'expulsion du placenta.

Il est recommandé pince le cordon ombilical près du périnée et au moins une minute après la naissance du bébé. Ensuite, vous devez placer la main sur le pubis de la femme et appliquer une pression modérée dans le sens opposé à la traction du cordon ombilical. Il est conseillé que la mère s’efforce en même temps d’expulser complètement le placenta. Si le placenta ne sort pas dans les 40 secondes de traction du cordon, ne continuez pas cette pratique. La traction contrôlée du cordon ne doit pas être effectuée en l'absence de médicaments tels que l'ocytocine ou avant l'apparition de signes de séparation du placenta, car cela pourrait provoquer une rupture du cordon ombilical, un saignement important ou même une inversion utérine.

Après que expulser le placenta, les sages-femmes seront chargées de suturer les éventuelles déchirures survenues lors de l’accouchement ou de l’épisiotomie, si elles ont été pratiquées, ainsi que d’évaluer l’intégrité du périnée de la femme. Enfin, avant de transférer la mère dans sa chambre (ou dans une salle d'observation si une anesthésie a été administrée), les infirmières vérifient que l'utérus s'est bien contracté et qu'il n'y a pas de saignement excessif, et désinfectent les parties génitales.

Livraison du nouvel IRM à l’Institut de cancérologie du Gard (ICG) fin juin 2015 (Août 2019).