Des chercheurs espagnols du groupe de recherche en ingénierie tissulaire du département d’histologie de l’Université de Grenade (UGR) ont réussi à élaborer peau artificielle utilisant des cellules souches du cordon ombilical.

Pour mener à bien ses travaux - dont les résultats ont été publiés par la médecine translationnelle des cellules souches -, les chercheurs ont utilisé des cellules souches mésenchymateuses du cordon ombilical, capables de se différencier en cellules épithéliales et constituant des épithéliums du revêtement de la peau et de la muqueuse buccale. En outre, l'épithélium de revêtement a été ajouté avec un biomatériau de fibrine et d'agarose qu'ils avaient précédemment conçu.

Les nouvelles recherches confirment les précédentes études réalisées par la même équipe de scientifiques - qui avaient été récompensées lors du Congrès mondial du génie tissulaire tenu à Séoul il y a quelques mois - et ont démontré la possibilité d'appliquer le nouveau tissu obtenu dans la peau et la muqueuse buccale, qui couvre une demande croissante dans le but de restaurer les zones lésées.

La nouvelle peau artificielle pourrait être fabriquée et conservée dans une banque de tissus et serait disponible immédiatement pour le traitement des grandes brûlures.

La peau artificielle actuellement utilisée pour le traitement des grandes brûlures a pour inconvénient que pour pouvoir la produire, il est nécessaire d’attendre des semaines le moment où il sera possible d’utiliser une peau saine du patient.

Cependant, le nouveau modèle, comme l'explique Antonio Campos, professeur d'histologie à l'UGR et l'un des auteurs de l'ouvrage, pourrait déjà être fabriqué et conservé dans les banques de tissus, et permettrait de le rendre disponible dès que nécessaire, ce qui ferait avancer dans plusieurs semaines le processus de récupération du patient.

VIVRE DANS UN CORPS HOLOGRAPHIQUE ? Vrai Ou Faux #8 (Août 2019).