Le cancer Il s'agit d'une maladie qui comporte de nombreuses variables. Même les médicaments qui ont obtenu de très bons résultats au cours des essais cliniques ne sont pas efficaces chez tous les patients. Par conséquent, les scientifiques pensent que la différenciation des tumeurs sur la base de signatures biologiques significatives augmentera les chances de définir des sous-ensembles de patients répondant à des candidats pour des traitements spécifiques.

Le cancer du poumon à petites cellules (CPPC) il se propage généralement rapidement et manque actuellement de traitement spécifique, de sorte que les traitements classiques de chimiothérapie, de radiothérapie ou de chirurgie n'atteignent un taux de survie de 5 ans que chez 6% des patients. Maintenant, un groupe de scientifiques américains a découvert un nouveau type de CPCP, une découverte qui peut aider au développement de nouveaux médicaments personnalisés, conçus en fonction des caractéristiques de cette maladie.

Les médicaments ciblant la fonction Pou2f3 peuvent être efficaces chez les patients présentant des tumeurs exprimant des taux élevés de ce facteur de transcription.

Les chercheurs, dirigés par Christopher Vakoc, professeur associé au Cold Spring Harbor Laboratory (CSHL), ont utilisé l'outil d'édition génomique CRISPR pour identifier des protéines spécifiques dans les cellules neuroendocrines du poumon (considérées comme étant à l'origine du CPPC), car les protéines sont impliquées dans le développement de plusieurs lignées de cellules cancéreuses humaines, y compris celles de la SCLC.

Médicaments spécifiques adaptés au type de tumeur

Ils ont découvert qu'un facteur de transcription appelé Pou2f3 il n'est exprimé que dans une minorité de tumeurs SCLC avec de faibles taux de marqueurs neuroendocriniens. La vérité est que la découverte du nouveau type de tumeur était une coïncidence, car, comme l'expliquait Vakov, tout en utilisant l'écran CRISPR pour détecter de nouvelles façons d'aborder la maladie, ils ont identifié cette nouvelle forme de cancer du poumon.

Yu-Han Huang, premier auteur de l'étude, a déclaré que les résultats suggèrent que des essais cliniques devraient être menés pour développer des médicaments visant différents types de tumeurs. En fait, l’équipe de chercheurs recherche actuellement des collaborateurs pour effectuer des tests précliniques chez la souris permettant d’évaluer des composés qui ciblent la fonction de Pou2f3, car des médicaments de cette capacité pourraient être particulièrement efficaces chez les patients présentant des tumeurs exprimer des niveaux élevés de ce facteur de transcription.

Les pneumatiques : Les conseils de nos garagistes / Top Entretien #7 (avec Denis Brogniart) (Août 2019).