Les personnes qui souffrent phobie sociale ils sécrètent trop sérotonine, et la plus grande quantité de cette substance, plus ils se sentent angoissés lors du maintien des relations sociales, comme le révèle une nouvelle étude menée par le Université d'Uppsala (Suède).

Les personnes souffrant de phobie sociale ont un excès de sérotonine produite dans une région du cerveau où se trouve le centre de la peur, l’amygdale.

La phobie sociale est un trouble psychiatrique caractérisé par une angoisse exagérée lorsqu'il est nécessaire de parler en public ou de socialiser avec d'autres personnes, ce qui gêne la vie de la personne touchée et devient un handicap l'empêchant d'interagir normalement avec ses pairs.

Des études antérieures avaient laissé penser que les personnes atteintes de phobie sociale présentaient de très faibles taux de neurotransmetteur, la sérotonine, et que les médicaments avec lesquels le trouble était traité (inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine, ou ISRS) pour de sérotonine disponible.

Cependant, des chercheurs du département de psychologie de la Université d'Uppsala ont observé que les personnes souffrant de phobie sociale ont un excès de sérotonine produite dans une zone du cerveau où se situe le centre de la peur; amygdale.

Pour le prouver, les scientifiques ont mesuré la transmission de signaux chimiques de la sérotonine dans le cerveau, à l'aide d'une caméra dite PET et d'un traceur spécial. Comme l'explique Andreas Frick, étudiant au doctorat au département de psychologie du centre éducatif, les personnes atteintes de phobie sociale non seulement produisent plus de sérotonine, mais en inhalent davantage.

Les résultats de l’étude, publiés dans JAMA Psychiatrie, sont une découverte importante car ils aident à identifier les altérations des messagers chimiques du cerveau chez les personnes anxieuses et montrent qu'un excès de sérotonine peut augmenter cette anxiété au lieu de la réduire, comme on le croyait.

LA ENBYPHOBIE EXISTE ? (Août 2019).