Grâce à une formule qui prend en compte des facteurs tels que le poids du bébé à la naissance, Indice de masse corporelle (IMC) Selon leurs parents, le nombre de personnes vivant dans la maison familiale, la catégorie professionnelle de la mère et le fait de savoir si elles ont fumé pendant la grossesse, il est possible de prédire le risque d'obésité chez le nouveau-né.

La nouvelle méthode prédictive, qui vise à identifier les bébés à haut risque de surcharge pondérale pendant l'enfance, est décrite dans une étude publiée dans «Plos One», et vise à informer les familles des bébés à risque afin que Ils peuvent prendre les mesures appropriées et empêcher les enfants de devenir plus gros qu'ils ne le devraient.

La nouvelle méthode de prévision du risque d'obésité chez les enfants est rapide et ne nécessite pas de tests de laboratoire.

L’étude qui a abouti à l’élaboration de la formule a été dirigée par le professeur Philippe Froguel (Imperial College de Londres, CNRS, Institut Pasteur de Lille), qui a expliqué que les facteurs de risque sur lesquels elles ont été fondées Les risques d'obésité chez les enfants sont bien connus, bien que ce soit la première fois qu'ils soient considérés ensemble pour prédire, dès la naissance, la possibilité qu'un bébé devienne obèse.

L'obésité infantile est un problème de santé publique majeur, de plus en plus répandu dans les pays développés, qui peut entraîner de graves problèmes de santé pour les enfants, tels que le développement du diabète de type 2 et des maladies cardiovasculaires à un âge précoce.

Le professeur Froguel souligne que cette méthode de prévision est rapide et ne nécessite pas de tests de laboratoire, et insiste sur le fait que la meilleure stratégie pour empêcher les enfants d'être obèses est la prévention, car une fois que cela se produit, il est difficile de perdre du poids. Selon cet expert, il est essentiel que les parents soient conscients du danger de suralimentation pour leurs enfants.

Enquête vaccination 8-L'immunité naturelle des enfants, politique de santé ou de maladie ? (Août 2019).