L'Union européenne a demandé que toutes les filles âgées de 10 à 14 ans soient immunisées contre le papillomavirus humain avant le début des rapports sexuels, sur la base de la sécurité et des bons résultats de ce vaccin. éviter l'apparition de ce virus, qui peut entraîner un cancer du col utérin.

Les deux vaccins actuellement disponibles agissent contre six types de papillomavirus, de sorte que des tests de dépistage (cytologie ou test de Pap) restent nécessaires après la vaccination. Cependant, se faire vacciner réduit considérablement les risques, et des efforts sont également déployés pour étendre les campagnes de vaccination aux hommes.

Le Centre européen de contrôle des maladies recommande de vacciner toutes les filles âgées de 10 à 14 ans contre le papillomavirus humain, avant le début des rapports sexuels.

Chaque année, environ 15 000 femmes meurent dans l'Union européenne des suites de cancers gynécologiques causés par le papillomavirus humain. Malgré les avantages offerts par le vaccin et son innocuité prouvée, un rapport du Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) indique que la couverture de ce vaccin est toujours insuffisante dans les 19 pays où il est disponible. a évalué.

En ce qui concerne la vaccination des enfants, le CEPCM ne considère actuellement pas que le coût soit efficace, mais des études supplémentaires sont nécessaires, car l'administration du vaccin également aux garçons les protégerait du cancer du pénis, du cancer de l'anus et du cancer. cancer de la cavité buccale et, en outre, cela empêcherait qu’elles transmettent le virus aux femmes avec lesquelles elles ont des relations sexuelles. Aux États-Unis, l'Agence américaine des médicaments (FDA) a approuvé le vaccin tétravalent contre les types de virus 6, 11, 16 et 18, tant pour les femmes que pour les hommes, âgés de 9 à 26 ans.

VPH : mieux le comprendre pour mieux le prévenir! -- Dr Marc Steben (Août 2019).