Le pourcentage d'accidents vasculaires cérébraux chez les femmes pendant la grossesse ou immédiatement après l'accouchement a considérablement augmenté au cours des douze dernières années, selon les données d'une étude publiée par Stroke, un journal de la American Heart Association.

Les auteurs de la recherche ont utilisé des informations extraites d'une grande base de données nationale, qui avait rassemblé entre cinq et huit millions de dossiers auprès d'un millier d'hôpitaux. Cela leur a permis de comparer le nombre de cas d'AVC survenus entre 1994 et 2007 chez des femmes enceintes, des femmes en travail d'accouchement et des femmes venant d'accoucher, et a constaté que les admissions à l'hôpital dues à un AVC liés à la grossesse est passé de 4 085 en 1994 à 6 293 en 2007, ce qui représente une augmentation de 54% au cours de cette période.

Les admissions à l'hôpital dues à des accidents vasculaires cérébraux liés à la grossesse sont passées de 4 085 en 1994 à 6 293 en 2007, ce qui représente une augmentation de 54%

Les scientifiques ont également observé que les femmes qui devaient être hospitalisées à la suite d'un AVC souffraient généralement d'hypertension. En 1994, 11,3% de ces patients souffraient d’hypertension artérielle avant l’accouchement; ce chiffre est passé à 23,4% de ceux qui étaient sur le point d’accoucher ou presque, et ils ont atteint 27,8% chez qui étaient dans les 12 semaines après l'accouchement.

En 2007, les chiffres de l'hypertension artérielle chez les patients ayant subi un AVC avaient augmenté et concernaient 17% des femmes enceintes, 28,5% de celles qui étaient à la naissance ou près de la naissance, et 40,9% de ceux qui étaient dans la période de puerperium.

L’auteur principal de l’étude, la Dre Lena V. Kuklina, épidémiologiste à Centre de contrôle et de prévention des maladies (de la prévention des maladies du coeur et des accidents vasculaires cérébraux) à Atlanta, elle s’étonne de l’augmentation alarmante des accidents vasculaires cérébraux dans ce groupe et est favorable à la poursuite des études à cet égard.

L’expert attribue l’augmentation spectaculaire de ce trouble à un nombre croissant de femmes qui ont déjà une sorte de facteur de risque accident vasculaire cérébral avant de devenir enceinte, comme l’obésité, le diabète, l’hypertension chronique ou un type de trouble cardiaque d'origine congénitale. Outre le fait que la grossesse est également un facteur de risque, si une femme souffre précédemment de l’une des affections susmentionnées, les chances d’être victime d’un AVC sont doublées.

Une difficulté que rencontrent les médecins face à ce problème est qu'ils ne disposent pas d'informations suffisantes sur les médicaments les plus appropriés pour les femmes enceintes présentant des facteurs de risque d'accident vasculaire cérébral, car les femmes enceintes ne sont pas incluses dans l'étude. essais cliniques visant à protéger le fœtus des éventuels effets indésirables des médicaments.

Kuklina déclare donc que l’idéal est de commencer la grossesse avec une bonne santé cardiovasculaire, en évitant les facteurs de risque avant la conception, et plaide pour que plan complet et multidisciplinaire établir une série de mesures pour aider les médecins et les patientes à contrôler de manière adéquate la grossesse et la période post-partum afin de prévenir le risque accru d'accident vasculaire cérébral.

Source: EUROPE PRESSE

Voici 9 Signes Avertisseurs d'une Crise Cardiaque Chez les FEMMES (Août 2019).