Des chercheurs de l’Université McGill à Montréal (Canada) et de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni) ont conclu à la revue de 11 études internationales que consommation de cannabis à l'adolescence augmente de 37% la risque de dépression et 50% des chances de tendances suicidaires. La recherche a été publiée dans JAMA Psychiatrie. Il est vrai que l’étude a révélé que le risque individuel de ces troubles psychologiques était moindre, mais l’utilisation généralisée de ce médicament chez les enfants de moins de 18 ans dans le monde entier fait augmenter le pourcentage de risque.

Pour cette recherche, nous avons analysé les données de 23 317 personnes ayant participé à 11 études internationales menées depuis 1993 et ​​examiné le risque de dépression, d'anxiété et d'idées suicidaires et d'essais fondés sur la consommation quotidienne et occasionnelle de cannabis ou de marijuana. Donc, il a été découvert que environ 7% des dépressions chez les jeunes aux États-Unis (400 000 cas), le Canada (25 000 cas) et le Royaume-Uni (60 000 cas) entre 18 et 34 ans peuvent être dus à l'utilisation de ce médicament pendant l'adolescence. En revanche, ils n'ont trouvé aucune association entre fumer de la marijuana et le risque d'anxiété.

Bien que la relation entre le cannabis et la psychose soit connue, il n'a pas été étudié si cela pouvait causer d'autres problèmes mentaux à long terme.

Selon les auteurs du travail, de nombreuses études ont étudié le lien entre le cannabis et la psychose, mais aucune d’entre elles n’a prêté attention aux troubles mentaux plus fréquents, tels que la dépression ou l’anxiété. On ne savait pas non plus si fumer des joints de marijuana régulièrement il a affecté le cerveau des plus jeunes à long terme. On pense que le cannabis et son composant psychoactif, le THC, peuvent altérer le développement neurologique du cerveau des adolescents. En fait, d’autres études ont déjà prouvé que l’usage fréquent et régulier de marijuana à l’adolescence était lié aux résultats scolaires inférieurs, à la dépendance, à la psychose, au déclin neuropsychologique, au risque accru d’accidents de la route et de problèmes respiratoires (dus au tabac).

La marijuana, la drogue illicite la plus répandue

Le cannabis ou la marijuana est la drogue illégale la plus consommée par les adolescents. Au Canada, 20,6% des garçons âgés de 15 à 19 ans la fument. En Espagne, selon le ministère de la Santé, 12,6% des adolescents âgés de 15 à 17 ans consomment du cannabis, soit deux fois plus que les adultes (5,5%). Dans le rapport Proyecto Hombre 2017, il est indiqué que les jeunes Espagnols fument leur premier cigare de marijuana à 16 ans et demi.

Selon les responsables de cette organisation, une légende urbaine dangereuse circule parmi les enfants: le cannabis est moins nocif que le tabac. Ils ont également constaté une diminution de la perception du risque de ce médicament dans la société espagnole. Il est donc urgent pour Project Men de protéger les plus jeunes contre ces idées erronées.

"L'acné ne concerne plus seulement les ados", constate Michel Cymes (Septembre 2019).