Comme il y a eu très peu de cas d’êtres humains affectés par le Virus Usutu (21 cas jusqu’en mai 2017), il n’ya pas beaucoup de connaissances sur leur les symptômes au-delà de ce qui est décrit dans les cas publiés. On sait qu'il existe des cas asymptomatiques. Il est également possible qu'il y ait eu plus de cas chez l'homme que ceux publiés, mais qu'ils n'aient pas été diagnostiqués car il est difficile d'atteindre le diagnostic étiologique.

Le premier cas de infection par le virus Usutu, décrit en Afrique en 1981, était un homme qui avait de la fièvre et des éruptions cutanées en République centrafricaine. Le deuxième cas, en 2004, était un garçon burkinabé de 10 ans qui avait de la fièvre et une jaunisse due à une hépatite. Ensuite, les cas suivants chez l’homme se sont produits en Italie en 2009, chez deux personnes ayant reçu une transfusion sanguine et immunodéprimé.

Vous ne pouvez pas savoir s'ils ont été infectés par du sang provenant d'autres personnes asymptomatiques ou s'ils ont été piqués par un moustique infecté. En tout cas, les deux présentés fièvre haute, jusqu'à 39,5ºC, mal de têteet symptômes de dysfonctionnement neurologique. Une autre a également développé une hépatite aiguë fulminante, semblable à quelques rares cas d’infection par le virus du Nil occidental ou du virus du Nil occidental. Les deux patients ont récupéré.

En général, dans les cas décrits, si les symptômes apparaissent dus à une infection virale, ils peuvent aller de la fièvre, des éruptions cutanées et des maux de tête légers à des manifestations plus graves, comme indiqué précédemment.

L'encéphalite peut produire diverses manifestations de troubles du comportement ou de déficits de la fonction cérébrale. L'hépatite, à son tour, peut produire de l'augmentation du nombre de transaminases, jusqu'à l'insuffisance hépatique fulminante sévère.

Transmis par le moustique, un premier cas de virus Usutu détecté en France : de quoi s'agit-il ? (Août 2019).