Les résultats des études radiologiques et cliniques, précédemment discutés dans le diagnostic du cancer du testicule, sont utilisés pour attribuer un stade afin d'établir un pronostic et un traitement approprié pour chaque patient. Pour cela, la classification TNM est utilisée (comme pour presque toutes les tumeurs), combinée aux niveaux de marqueurs tumoraux (MT).

Le Classement TNM pour les tumeurs germinales (GCT) du cancer du testicule fournit les informations suivantes liées à chaque acronyme (T: taille, N: l'existence ou non d'une atteinte ganglionnaire régionale et M: l'existence ou non d'une métastase) à distance). S reflète les taux sériques de certaines protéines (marqueurs tumoraux) produits par certains cancers du testicule.

A ces acronymes (T, N, M ou S) sont ajoutés des chiffres (de 0 à 4), qui indiquent la gravité par ordre croissant, ainsi que des lettres: "est" après le T signifie "in situ", ce qui signifie que La tumeur est contenue à un endroit et n'a pas encore pénétré dans une couche plus profonde de tissu. La lettre X signifie que "cela ne peut pas être déterminé" car l'information est inconnue.

Stadification des tumeurs germinales

  • Tis: Ca in situ (cellules cancéreuses non invasives).
  • T1: Tumeur limitée au testicule, sans invasion lympho-vasculaire, avec atteinte de la tunique albuginée, mais pas de la tunique vaginale.
  • T2: Tumeur limitée au testicule avec invasion lympho-vasculaire, s'étendant à la tunique vaginale.
  • T3: La tumeur s'infiltre dans le cordon spermatique.
  • T4: La tumeur s'infiltre dans le scrotum.
  • N0: Pas de métastase rétropéritonéale.
  • N1: métastases rétropéritonéales <2 cm.
  • N2: métastases rétropéritonéales 2 - 5 cm.
  • N3: métastases rétropéritonéales> 5 cm.
  • M0: Pas de maladie métastatique.
  • M1: Maladie métastatique à distance.

Il y a aussi un mise en scène en fonction du niveau des marqueurs tumoraux au diagnostic, comme suit:

  • Sx: Signets non disponibles ou non créés.
  • S0: Marqueurs dans les limites normales.
  • S1: LDH inférieure à 1,5 fois la normale, βHCG inférieure à 5000 mlu / ml ou αFP> à 1000 ng / ml.
  • S2: LDH entre 1,5 et 10 fois la normale, βHCG entre 5000 et 50000mlu / ml ou αFP entre 1000 et 10000ng / ml.
  • S3: LDH supérieure à 10 fois la normale, βHCG supérieure à 50000mlu / ml ou aFP supérieure à 10 000 ng / ml.

Stades

GroupeTNMS
(marqueur tumoral sérique)
0pTisN0M0S0
JepT1-4N0M0SX
IApT1N0M0S0
IBpT2N0M0S0
pT3N0M0S0
pT4N0M0S0
ISTout pT / TxN0M0S1-3
IITout pT / TxN1-3M0SX
IIATout pT / TxN1M0S0
Tout pT / TxN1M0S1
IIBTout pT / TxN2M0S0
Tout pT / TxN2M0S1
IICTout pT / TxN3M0S0
Tout pT / TxN3M0S1
IIITout pT / TxN'importe quel NM1SX
IIIATout pT / TxN'importe quel NM1aS0
Tout pT / TxN'importe quel NM1aS1
IIIBTout pT / TxN1-3M0S2
Tout pT / TxN'importe quel NM1aS2
IIICTout pT / TxN1-3M0S3
Tout pT / TxN'importe quel NM1aS3
Tout pT / TxN'importe quel NM1bTout S
Marqueurs tumoraux sériques (S) nécessaires à la stadification
SXEtudes sur les marqueurs non disponibles ou non réalisées.
S0Etude des concentrations de marqueur dans les limites de la normale.
S1LDH <1,5 × Nbet GCh (mIu / ml) <5 000 et AFP (ng / ml) <1 000.
S2LDH 1.5-10 × N o GCh (mIu / ml) 5 000-50 000 o AFP (ng / ml) 1 000-10 000.
S3LDH> 10 × N o GCh (mIu / ml)> 50 000 o AFP (ng / ml)> 10 000.

Comparés aux non séminomes, les séminomes sont généralement localisés au testicule au moment du diagnostic. 80% des patients atteints de séminomes ont un stade I alors que 15% ont un stade II.

En 1997, un consensus international a été atteint sur différents groupes pour la stratification du risque chez les patients atteints de métastases distantes ou de métastases rétropéritonéales volumineuses, classification du Groupe de consensus international sur le cancer des cellules germinales (IGCCG). Ceci est particulièrement important dans les tumeurs à cellules germinales métastatiques, puisque jusqu'à 20% des patients décèdent de cette maladie aujourd'hui.

Nous distinguons différents facteurs ayant des implications pronostiques:

  1. Volume de la tumeur:
    Il a été localisé autour de 5 cm bien que cela dépende de la localisation dudit volume tumoral.
  2. Variété histologique:
    Des fractions élevées de choriocarcinome, de sac de Yolc, de tératome immature et en particulier de variétés non germinales (rhabdomyosarcome, léiomyosarcome ...) entraînent un pire pronostic.
  3. Niveaux de marqueurs tumoraux:
    Une corrélation a été observée entre un nombre très élevé de marqueurs tumoraux et un pronostic plus sombre. Le nombre de marqueurs tumoraux reflète non seulement la quantité (volume de la tumeur), mais également la composition histologique de la tumeur, comme indiqué ci-dessus.
  4. Ploïdie (nombre de paires complètes de chromosomes dans une cellule) et prolifération cellulaire
    Les tumeurs aneuploïdes (nombre de chromosomes différents d'une même cellule saine) et d'indice de prolifération élevé sont en corrélation avec un pronostic plus sombre.
  5. Métastases viscérales non pulmonaires:
    L'atteinte viscérale métastatique non pulmonaire est considérée comme ayant un pronostic plus sombre.
  6. Age supérieur à 35 ans:
    Les patients de plus de 35 ans semblent être associés à un pire pronostic.
  7. Gestion des traitements incorrects ou dans des centres peu expérimentés.

Pronostic du cancer du testicule

En combinant ces facteurs, ces trois groupes de risque ont été définis:

  • Bon pronostic: ils représentent 60% des patients, avec 91% de survie à 5 ans.
    • Séminomes: tous primaires, sans métastases viscérales non pulmonaires et niveaux normaux de MT
    • Aucun séminome: localisation testiculaire ou rétropéritonéale, pas de cible, AFP <1000 ngr / ml, BHCG <5000 mUI / ml et LDH <1,5 fois sa valeur normale
  • Prévision intermédiaireIls représentent 26% des tumeurs, avec une survie à 5 ans de 79%.
    • Séminomes: tout stade primaire avec métastases non pulmonaires et niveaux de MT normaux
    • Aucun séminome: localisation testiculaire ou rétropéritonéale avec métastases non pulmonaires et l'une des suivantes: AFP entre 1000 et 10000, BHCG entre 5000 et 50000 et LDH de 1,5 à 10 fois la valeur normale
  • Mauvais pronostic (uniquement chez les patients atteints de non séminome): ils représentent 14% des tumeurs et ont une survie à 5 ans de 48%.
    • Atteinte médiastinale, sans métastases pulmonaires
    • Tout marqueur de tumeur élevé: AFP> 10 000, BHCG> 50000 et LDH> 10 fois.

REMI GAILLARD Vs POLICE (Août 2019).