Au cours de la dernière année, le nombre de sauvetages d'animaux sauvages. Beaucoup d’entre eux ont été réalisés par le Groupe de réhabilitation de la faune autonome et de son habitat (Grefa). Dans les installations dont dispose cette ONG dans le Monte del Pilar de Majadahonda, à Madrid, ils ont reçu en moyenne 15 animaux par jour en 2015, ce qui représente un total de 5 466 exemplaires servis, soit 45% de plus que l'année précédente. précédent

Il existe de nombreuses menaces existantes pour les animaux sauvages, des coups de chasseur aux bâtiments qui modifient l'habitat des animaux

Ce nombre élevé de sauvetages a été possible grâce aux parrainages et au vaste réseau de bénévoles qui ont offert leur aide par l’intermédiaire de cet organisme. Un grand nombre de ces animaux, en particulier 1 200, ont été poulets rapides que, en raison des températures élevées atteintes par la canicule l'été dernier, il a fallu sauver la situation. Au total, Grefa a aidé 4 791 oiseaux, 334 mammifères, 325 reptiles et 16 amphibiens. De ce nombre, 2 715 ont été sauvegardés puis relâchés dans leur environnement naturel.

Il y a grand menaces pour les animaux sauvages dans leur propre habitat, parmi eux figurent des morts causées par des coups de chasse, des empoisonnements, des impacts d'oiseaux avec des lignes électriques, des abus, des modifications de l'environnement telles que des bâtiments ou des clôtures, ainsi que des pièges placés en zone rurale. Parmi les échantillons sauvegardés, certains animaux protégés, comme dans le cas de deux aigles bottés, dont un a survécu, deux faucons pèlerins et un faucon.

N'oubliez pas que l'organisation dispose également d'une zone autorisée pour la reproduction en captivité d'individus menacés. Parmi eux, on trouve l'aigle de Bonelli, l'aigle royal, le vautour moine, le grand-duc d'Amérique, le faucon crécerelle et la tortue européenne. Ces animaux sont élevé en captivité mais avec de grandes conditions sauvages pour pouvoir les libérer plus tard, grâce aux programmes de réintroduction réalisés avec l'aide des administrations publiques.

La protection de Gorongosa a été confiée à 130 rangers mozambicains (Août 2019).