Voici les points à prendre en compte lors de la soumission à une résonance magnétique nucléaire:

  •  Durée: Le test prend environ 30 à 60 minutes, bien que cela puisse parfois prendre plus de temps.
  •  Revenu: Le test peut être effectué en ambulatoire.
  •  Est-il nécessaire d'être accompagné? Vous n'avez pas besoin d'être accompagné, bien que cela puisse vous aider si vous vous sentez plus détendu. Si le test suscite beaucoup d'anxiété ou si le patient ne peut rester immobile dans l'appareil, un médicament relaxant est généralement administré. Dans ce cas, il faudra être accompagné de quelqu'un qui pourra vous ramener à la maison.
  •  Médicaments: Il n'est pas nécessaire de prendre un médicament antérieur.
     
  •  Nourriture: dépend de l'organe qui sera étudié. Dans certains tests incluant l’abdomen ou le bassin, il peut être nécessaire de ne pas manger ni boire de l’eau plusieurs heures avant le test.
  •  Vêtements: Vous pouvez porter les vêtements que vous voulez, mais vous devriez pouvoir les enlever facilement. Il est déconseillé de transporter des objets métalliques (boucles d'oreilles, bracelets, etc.), car ils vous demanderont de les retirer pendant le test.
  •  Documents: doit avoir le consentement éclairé, qui est un document où ils expliquent en quoi consiste le test et ses risques possibles. Vous devriez le lire attentivement et le prendre signé. Vous devez prendre le document de demande de test.
  •  Contre-indications:Il est déconseillé de faire une résonance magnétique nucléaire dans les cas suivants:
    • Si vous êtes allergique aux produits de contraste pour IRM tels que le gadolinium. Dans ce cas, le test peut être effectué sans contraste.
    • La présence de matériaux métalliques dans le corps, tels que des plaques, des vis, des valves cardiaques, des stimulateurs cardiaques, des éclats d'obus, etc. En effet, tous les matériaux sont attirés par le champ magnétique créé à l'intérieur de l'appareil de résonance et peuvent être dangereux. Cependant, de nombreux matériaux implantés aujourd'hui permettent la réalisation d'une RMN. Cette caractéristique est reflétée dans les spécifications du produit.
    • L'utilisation de dispositifs intra-utérins (DIU), car les DIU peuvent contenir des substances métalliques telles que le cuivre.
    • Les patients atteints de claustrophobie qui ne peuvent pas tolérer être à l'intérieur de l'appareil pendant le test. Dans ces cas, la sédation du patient peut être effectuée ou des dispositifs de RMN ouverts peuvent être utilisés.
    • Les patients qui ne peuvent pas rester immobiles pendant le test. Ce problème peut également être résolu avec sédation.
    • Les patients très obèses qui ne peuvent pas entrer dans l'appareil. Dans ce cas, des appareils de RMN ouverts peuvent également être utilisés.
    • Patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique grave ou certaines maladies, telles que la drépanocytose, dans lesquels le contraste peut aggraver la maladie. Dans ces cas, le test peut être effectué sans contraste.
    • Dans certains cas de chirurgie récente sur un vaisseau sanguin.
    • Les patients cliniquement "instables", c’est-à-dire qu’ils sont très graves et peuvent nécessiter des médicaments, voire des manœuvres de réanimation cardio-respiratoire urgentes, car à l’intérieur de la machine, ils ne peuvent être surveillés de manière adéquate et leur attention peut être compliquée.
  •  Grossesse et allaitement:les risques que le test peut avoir sur le foetus ne sont pas connus. Par conséquent, il n’est généralement pas recommandé d’effectuer le test pendant la grossesse, en particulier au cours du premier trimestre. Le contraste utilisé, le gadolinium, traverse le placenta et l'effet qu'il peut avoir sur le fœtus est inconnu. Toutefois, si les avantages du test l'emportent sur les risques possibles, l'IRM peut être réalisée à condition que la mère soit suffisamment informée.

    En ce qui concerne l'allaitement, les fabricants de contraste moyen indiquent que le bébé ne devrait pas être nourri au sein dans les 24 à 48 heures suivant l'administration. Cependant, les sociétés de radiologie américaines et européennes considèrent que la quantité de gadolinium excrété par le lait n'a probablement aucun effet toxique sur le bébé. Par conséquent, sur la base des données disponibles, ils suggèrent qu'il n'y a aucun risque à continuer à allaiter. Dans tous les cas, les mères inquiètes du risque minimum qu'elles peuvent avoir pour leur enfant, cette légère exposition au contraste, peuvent éviter l'allaitement pendant 24 heures après la procédure. Pendant ces 24 heures, la mère peut pomper son lait et le jeter. En prévision de cette période au cours de laquelle vous n'allaitez pas, la mère peut également boire du lait avant le test et en stocker suffisamment pour couvrir les besoins de l'enfant pendant 24 heures.

Autres considérations

  • Il est conseillé de ne pas faire d'exercice immédiatement avant le test et d'être aussi détendu que possible car tout mouvement peut altérer le résultat.
  • En plus de tous les objets en métal, enlevez tout patch qui pourrait avoir sur la peau, car s'ils contiennent une certaine quantité de métal, cela peut entraîner des brûlures.

Spectre RMN : généralités - Physique-Chimie - Terminale - Les Bons Profs (Septembre 2019).