Le nombre de personnes touchées par dépression dans le monde - selon les données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) -, il a augmenté de 18,4% entre 2005 et 2015 et touche actuellement 5,2% de la population espagnole. Trouver de nouveaux moyens de lutter contre cette maladie, dont la prévalence devrait continuer à augmenter, est l’un des grands défis à relever pour améliorer la santé publique.

Un défi auquel des chercheurs de l'Université de l'Arizona, à Tucson (États-Unis), se sont approchés depuis, selon une étude qu'ils ont réalisée: pratiquer le rocher ou en bloc, c'est-à-dire un type de escalade qui consiste à escalader des blocs rocheux ou des murs de faible hauteur sans être soumis aux cordes, pourrait atténuer les symptômes de la dépression et aider à traiter cette pathologie plus efficacement.

Pour mener à bien la recherche, un total de 100 adultes allemands atteints de dépression ont été séparés en deux groupes, participant à un programme dans le cadre duquel certains hôpitaux allemands ont commencé à utiliser l'escalade en tant que traitement thérapeutique, tout en enseignant à ces patients comment cultiver des interactions sociales positives et méditer.

Le bloc nécessite beaucoup d'attention et de concentration pour éviter de tomber, de sorte que le cerveau n'a pas le temps de penser à autre chose, ce qui est bénéfique pour soulager la dépression.

Tandis que l'un des groupes commençait à pratiquer le bloc immédiatement, l'autre devait attendre pour faire de même. Après deux mois, au cours desquels les participants effectuaient trois heures de ce type d'escalade par semaine, les chercheurs ont observé que ceux qui ont commencé à grimper avant ont amélioré leur état mental en ce qui concerne ceux qui ont dû attendre.

L'escalade en vrac peut réduire la gravité de la dépression

Pour mesurer l'impact de ce type d'exercice physique sur les patients inclus dans l'étude, les spécialistes ont utilisé deux outils communs en psychiatrie pour objectiver la gravité de la dépressionLe premier est le soi-disant inventaire de dépression de Beck (BDI) et le second est la liste de contrôle des symptômes révisée.

Après avoir effectué ces tests pour les participants, les résultats obtenus ont montré que ceux qui avaient commencé à grimper plus tôt avaient amélioré 6,27 points dans les scores BDI, tandis que ceux qui avaient commencé plus tard avaient progressé moins, plus précisément de 1,4 point.

Pour Eva-Maria Stelzer, co-auteur de la recherche, l’amélioration du score du premier groupe se traduit par une changer la sévérité de la dépression de modérée à légère. Mais comment ce sport aide-t-il à lutter contre cette maladie? Selon le spécialiste Stelzer, c'est parce que le bloc est une pratique qui nécessite beaucoup de concentration. "Ce type d'escalade nécessite que nous soyons très attentifs et concentrés, afin que notre esprit n'ait pas beaucoup de temps pour réfléchir à d'autres aspects ou pour remettre en question des choses négatives sur nos vies", dit-il.

Jusqu'à présent, le bloc était connu pour les avantages qu'il apportait sur le plan physique et sur les aspects liés au stress. Maintenant, cependant, grâce aux conclusions de l'équipe de Stelzer, nous pouvons déjà parler d'un éventuel soutien complémentaire au traitement de la dépression modérée et, même, pour d'autres troubles mentaux, comme l'affirme le co-auteur de l'étude.

Cours de Yoga anti-stress de 15 minutes avec MARYSE LEHOUX. (Août 2019).