Le pollution de l'air, et notamment celle provoquée par le dioxyde d’azote (NO2) liée aux émissions de la circulation, est responsable de quatre millions d’enfants dans le monde à développer l'asthme chaque année, selon une étude du Milken Institute de la George Washington University (États-Unis), publiée dans La santé planétaire Lancet.

Les chercheurs ont collecté des données entre 2010 et 2015 dans 125 villes (dont Madrid et Barcelone) dans 194 pays du monde. Selon leurs rapports, ils estiment que 64% des nouveaux cas d'asthme surviennent en zone urbaine. Les pays où l'incidence d'asthme infantile dû à la contamination est la plus élevée sont la Chine (760 000 nouveaux cas par an), l'Inde (350 000) et les États-Unis (240 000). En Espagne, selon cette étude, environ 1 400 enfants par an souffrent de cette maladie respiratoire due à la pollution.

Cette étude est la première à quantifier l’incidence mondiale de nouveaux cas de l'asthme chez les enfants liés au NO2 grâce à une méthode qui évalue les fortes expositions à ce polluant qui se produisent à proximité des routes à forte circulation.

92% des cas d'asthme infantile surviennent dans des zones où le niveau de contamination est inférieur aux limites fixées par l'OMS

Pour Susan C. Anenberg, auteur principal du travail, les résultats indiquent que des millions de nouveaux cas d'asthme chez les enfants pourraient être évités en réduisant la pollution de l'air, avec des mesures telles que l'utilisation de transports en commun plus propres ou en encourageant l'utilisation du vélo. ou des déplacements à pied, qui contribueraient en même temps à améliorer la santé et la condition physique des citoyens, en plus de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Révision des limites de pollution

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que la pollution de l’air est un risque majeur pour la santé et a donc établi des niveaux minimaux de qualité de l’air (une moyenne annuelle de 21 parties par milliard pour le NO).2), bien que les auteurs de ce travail estiment que ces paramètres devraient être révisés, puisque 92% des cas d’asthme chez les enfants se produisent dans des zones où le niveau de pollution de la circulation est inférieur à ces limites.

Les villes avec la plus haute émission de NO2, avec environ 48%, sont Shanghai, Tianjin et Beijing, tous en Chine, ainsi que Moscou (Russie) et Séoul (Corée du Nord). Les moins polluants (6%) étaient Orlu (Nigéria) et Dar es-Salam (Tanzanie). À Madrid, le NO2 elle représentait 27% et à Barcelone 21%, en dessous de Paris (33%) ou de Londres (29%).

Bien vivre avec l’Asthme : Mission possible - Télé Santé du 04 Mai 2019 (Août 2019).