Des chercheurs canadiens ont montré qu’une espèce de virus Ebola du Zaïre, extrêmement virulente chez l’homme, peut répliquer chez le porc, déclencher la maladie et être transmis à des animaux qui n’avaient jamais été exposés au virus. Les résultats de ces travaux ont été publiés dans Le journal des maladies infectieuses.

Pour prévenir les épidémies de fièvre hémorragique Ebola chez l'homme, il est important d'identifier les espèces d'animaux qui répliquent et transmettent le virus à d'autres animaux et, éventuellement, à l'homme.

Le virus Ebola du Zaïre, l’une des multiples espèces de ce virus, a une Taux de mortalité de 90% chez l'homme Des anticorps ont été trouvés pour d'autres espèces non associées à la maladie humaine, connue sous le nom de Virus Ebola Reston, dans des élevages de porcs aux Philippines, suggérant que les porcs pourraient également transmettre le virus Ebola virulent à la population.

Cette étude, dirigée par Gary P. Kobinger, de l’Agence de la santé publique du Canada, et Hana Weingartl, du Centre national des maladies animales exotiques de la Agence canadienne d'inspection des aliments, ont étudié si le virus Ebola de Zabo, tel que le virus Ebola Reston, pouvait se répliquer et causer la maladie chez les porcs et être transmis à d'autres animaux. Ainsi, à l'aide de porcs de ferme, les chercheurs ont évalué la réplication du virus ainsi que son pouvoir pathogène et son élimination.

En éliminant le virus de la muqueuse nasale, les porcs infectés transmettent l'infection aux animaux avec lesquels ils vivent

Les chercheurs ont découvert qu'après l'exposition de la muqueuse au virus Ebola du Zaïre, les porcs ont répliqué le virus en grande quantité, en particulier dans les voies respiratoires. L'élimination du virus de la muqueuse nasale a été détectée jusqu'à 14 jours après l'infection, et une grave maladie pulmonaire. L'étude a également montré que le virus était transmis à tous les porcs non exposés auparavant et vivant avec les animaux infectés.

Les auteurs de l’étude suggèrent que les porcs d’élevage sont sensibles au virus Ebola du Zaïre par une infection des muqueuses et que la maladie respiratoire sévère qui l’accompagne est associée à l’élimination des charges virales élevées dans l’environnement, exposant les porcs sans infecter cette infection.

Les chercheurs soulignent que, contrairement au syndrome systémique qui touche plusieurs organes, ce qui entraîne souvent un choc et la mort chez les primates, le syndrome respiratoire développé par les porcs peut être confondu avec d'autres maladies respiratoires porcines.

Ce que vous devez savoir sur la Grippe en quelques minutes (Août 2019).