Le jouer en ligne L’Espagne est devenue la deuxième cause de suivi du traitement par pathologique. Ce type de jeu, en particulier de poker et de paris, a considérablement augmenté dans notre pays depuis la mise en place de sa réglementation en 2011. Actuellement, le nombre d'utilisateurs et l'argent investi dans cette activité dépassent les à d'autres jeux qui peuvent causer une dépendance, tels que ceux qui se produisent dans les casinos classiques.

C’est l’une des conclusions d’une étude réalisée au début de cette année par le Fédération espagnole des joueurs de hasard réhabilités (FEJAR), qui stipule que la deuxième raison pour laquelle on commence à prendre un traitement pour se remettre du jeu, après la dépendance aux machines à sous, est l'utilisation pathologique des jeux en ligne.

Alors que le jeu pathologique prend habituellement entre six et huit ans pour que le jeu soit classique, jouer en ligne peut créer une dépendance en seulement un ou deux ans.

Selon les experts, la popularité de ce type de jeux, et ce qui les rend si dangereux, réside dans leur accessibilité et l’immédiateté de la récompense, comme dans le cas des machines à sous. On estime par ailleurs que plus de 30% des utilisateurs des machines à sous en ligne ils finissent par développer une sorte de dépendance au jeu.

Maximum Enrique Gutiérrez, président de FEJAR, a averti que la modalité de jeu en ligne génère une dépendance plus rapidement et que, même avec le jeu conventionnel, il faut généralement entre six et huit ans pour développer le jeu, le jeu sur Internet peut générer dépendance en seulement un ou deux ans.

L’expert explique que le profil du joueur est également différent et qu’il dessert des personnes très jeunes, âgées de 20 ans environ, et avertit que la gestion des nouvelles technologies à un âge de plus en plus précoce peut présenter un risque pour le joueur. Les adolescents peuvent avoir des comportements addictifs de ce type.

Site de vente en ligne : 0 à 150 000€/mois Interview Entrepreneur (Août 2019).