En Espagne, environ 15% des enfants de moins de 15 ans sont victimes d'abus, comme l'ont souligné les pédiatres réunis à Madrid pour la célébration du neuvième cours de mise à jour en pédiatrie. Ces spécialistes ont évoqué plusieurs études menées au niveau national qui révèlent que le abus d'enfant affecte un Espagnol sur six de moins de 15 ans.

De l'avis de ces professionnels, ce sont eux qui sont le mieux placés pour détecter d'éventuels cas d'abus ou d'agression sexuelle, élément indispensable pour réduire leur incidence, d'autant plus que, selon le Dr Jordi Pou Fernández, chef du service de pédiatrie de l'hôpital Sant Joan de Déu de Barcelone, un enfant maltraité a 50% de chances de se retrouver dans une situation similaire et le risque de mourir après avoir détecté un abus pour la première fois Il atteint dix pour cent si les mesures appropriées pour protéger l'enfant ne sont pas immédiatement mises en place.

Les experts distinguent quatre types de maltraitance d’enfants, bien qu’ils disent que le plus souvent, c’est le même enfant qui présente les signes de plus d’un d’eux.

Comme l'expliquent les experts, on distingue quatre types de maltraitance, même si le plus fréquent est qu'un même enfant présente des signes de plus d'un d'entre eux. Les agressions physiques, l'abandon ou la négligence des besoins de l'enfant et l'abus sexuel sont plus faciles à identifier grâce aux symptômes physiques, tandis que dans le cas d'abus psychologique, il doit être suspecté de certaines attitudes et comportements de l'enfant, tels que qui est trop enfantin ou trop mature pour son âge, qui présente un retard psychomoteur, qui a des problèmes d’apprentissage ou de faibles performances scolaires, qui se comporte de manière agressive ou qui est apathique, qui manifeste un excès de manies ou de phobies ...

Les situations d'abus sexuel se produisent généralement dans l'environnement familial de l'enfant, et ce sont presque toujours les proches parents qui les subissent. Bien que l'abus soit physique, il s'agit également d'un abus psychologique, et les pédiatres soulignent qu'une attention particulière doit être accordée aux récits ou aux dessins de l'enfant, qui peuvent être les premiers signes que l'enfant vit une situation anormale.

Le Dr Pou souligne que, contrairement à ce que l’on pense habituellement, la violence physique est la moins fréquente, bien qu’elle puisse devenir très grave si elle n’est pas détectée tôt, et inclut ce que l’on appelle Syndrome de Munchausen par procuration, trouble psychologique que l'un des parents (presque toujours la mère) souffre, qui l'amène à faire le nécessaire pour prétendre que l'enfant est malade, au point de cesser de le nourrir, d'administrer des substances provoquant des vomissements ou de l'infecter intentionnellement , tout cela afin d'attirer l'attention et d'apparaître devant les autres en tant que personne souffrant et se concentrant sur les soins à donner à son enfant.

Le type d'attaque le plus courant est le manque d'attention ou l'abandon. Bien qu'il soit plus fréquent parmi les groupes marginaux de la population (personnes disposant de ressources économiques limitées, de niveau culturel bas ou d'habitudes toxiques), il peut se produire dans toutes les classes sociales. et cela se traduit par un manque d'hygiène et de soins médicaux, une nourriture ou des vêtements inadéquats, et une supervision insuffisante d'adultes pouvant compromettre la sécurité de l'enfant qui, de plus, est souvent privé d'accès à l'éducation car il ne la porte pas non plus. à l'école.

Source: Association espagnole de pédiatrie de soins primaires

263 ans de prison pour un ancien policier américain condamné pour viols et abus sexuels (Août 2019).