Un nouvel anneau contraceptif, qui peut rester dans le vagin pendant 90 jours, en plus de lévonorgestrel (un contraceptif), libère également ténofovir, un antirétroviral capable d'inhiber la réplication du VIH et du HSV dans les cellules, afin de pouvoir agir à titre de mesure préventive contre le virus de l'immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) et contre le virus de l'herpès simplex de type 2 (HSV) -2).

Le produit a été testé in vitro et dans des études pharmacocinétiques de trois semaines sur des lapins et des moutons. Son efficacité a été comparée à celle du gel de ténofovir. Les scientifiques ont découvert que les niveaux de ténofovir fournis par l'anneau étaient similaires, voire supérieurs, à ceux obtenus avec l'application du gel à 1% de TFV, un microbicide qui s'était déjà révélé efficace pour prévenir les infections par le VIH et le VHS. chez les femmes.

Le nouvel anneau intravaginal offre une triple protection, en tant que contraceptif, et contre le VIH et le VHS

Le ténofovir a été testé dans le cadre de l’essai clinique CAPRISA 004, qui a révélé que, lorsque les femmes le prenaient avant et après une relation sexuelle, il réduisait leur risque de contracter le VIH de 39% à 54%. Dans le même essai, il a été montré que ce microbicide diminuait également de 51% les chances de contracter le HSV-2.

Le nouvel anneau, qui fournit donc une triple protection contraceptive, contre le VIH et contre le HSV, a été présenté lors de la célébration de la réunion et exposition annuelle 2013 de l'American Association of Pharmaceutical Scientists, qui s'est tenue à San Antonio. (Texas, États-Unis).

Les auteurs de la recherche ayant abouti au développement de ce nouveau produit mèneront des essais cliniques en phase I chez la femme, dans le but de tester l'anneau à la fois avec la combinaison de médicaments et uniquement avec le ténofovir.

Un anneau vaginal contre le sida testé en Afrique (Septembre 2019).