La plupart des maladies graves liées à la grossesse sont causées par des infections localisées des voies urinaires et génitales et des tissus mous, ou par celles associées à un avortement. Dans les pays économiquement défavorisés, les infections pendant la grossesse sont la principale cause de décès de la femme enceinte et, dans de nombreux cas, peuvent également entraîner la mort du fœtus et même du nouveau-né.

Cependant, les données obtenues lors de nouvelles recherches menées par des scientifiques américains et publiées dans «PloS Medicine» indiquent que ces maladies peuvent presque toujours être prévenues et traitées efficacement.

Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, les infections pendant la grossesse sont la principale cause de décès de la mère et peuvent également toucher le fœtus ou le bébé.

Les chercheurs ont analysé des études précédemment publiées contenant des informations sur les infections chez les femmes enceintes et principalement sur celles menées en Afrique et en Asie, afin de déterminer les meilleures stratégies pour détecter et combattre ces infections.

Les auteurs du travail ont expliqué qu'ils avaient pu identifier quatre syndromes cliniques et leurs agents pathogènes associés, responsables de l'apparition d'infections dans le tractus génital, les voies urinaires, les tissus mous et les infections liées à l'avortement, qui sont les infections les plus courantes. fréquentes pendant la grossesse chez les femmes vivant dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. En outre, ils ajoutent que chacun de ces troubles survient à un moment autre que la grossesse, ce qui facilite la détection et la prévention.

Les chercheurs ont donc recommandé que les services de soins prénatals de ces pays prévoient des interventions programmées pour lutter contre ce type d'infection, tout en facilitant l'accès de toutes les femmes enceintes à des tests de diagnostic et à des traitements appropriés, afin de réduire la morbidité associée à la grossesse.

Webinar: À chaque maman, son bébé. À chaque bébé, sa maman (Septembre 2019).