Le processus de menstruation et l'ovulation à la puerpéralité, c'est un peu compliqué. L’activité hormonale conditionne le cycle menstruel et la fertilité varie considérablement d’une femme à l’autre, influençant de manière significative l'allaitement maternel. Chez les mères qui n'allaitent pas, le délai moyen avant la première menstruation est compris entre 45 et 60 jours après l'accouchement, mais la plupart des cas sont anovulatoires. Ainsi, la première ovulation peut se situer entre 45 et 90 jours après l’accouchement, bien qu’elle se produise parfois beaucoup plus tôt (à partir de la troisième semaine après l’accouchement).

En cas d'allaitement de notre bébé, l'augmentation de la prolactine provoque la chute d'oestrogène et de progestérone, responsable du cycle menstruel. L'aspiration du petit au sein inhibe l'ovulation et, par conséquent, plus l'allaitement maternel exclusif dure plus longtemps, plus la fréquence des injections est élevée et plus le délai est long, plus le temps d'aménorrhée (absence de menstruation) et d'anovulation est long. dans cette principe La méthode LAM est basée, que beaucoup de femmes utilisent comme option contraceptive; bien que certaines conditions soient remplies pour être efficaces.

Par conséquent, les mères qui allaitent auront la règle à la fin de l'allaitement; normalement là pendant six mois après l'accouchement. Ainsi, la fertilité sera reprise lorsque nous donnerons le passage du lait maternel à une alimentation artificielle ou complémentaire. Bien entendu, ces premiers cycles menstruels sont généralement très irréguliers et leur durée varie considérablement.

Puisqu'il y a un saignements vaginaux après 56 jours après la naissance (et bien sûr depuis qu'ils ont passé six mois après la naissance du bébé) il existe déjà un risque de grossesse, il convient donc d’utiliser une méthode complémentaire de contraception, comme indiqué par le Société espagnole de gynécologie et d'obstétrique (SEGO).

Finalement, Il est possible qu'une grossesse survienne pendant l'allaitement, même sans règle post-partum, car parfois l’ovulation se produit. Et nous devons garder à l’esprit que cette nouvelle gestation ainsi suivie, qu’elle soit désirée ou non, ne serait pas hautement recommandée sur le plan médical. À partir de Organisation mondiale de la santé (OMS) il est conseillé d'attendre un minimum de deux ans (les deux en cas d'accouchement vaginal, comme dans les césariennes). Cet intervalle de temps, appelé intergénique, est recommandé au corps de la mère pour être prêt à nouveau à concevoir un bébé, ainsi que pour éviter les problèmes éventuels tels que la prématurité, le petit poids de naissance ou même la mort néonatale.

Par conséquent, nous devons connaître les méthodes contraceptives à notre disposition et choisir celle qui est le plus compatible avec l’allaitement au sein, toujours en consultant notre gynécologue.

Comment calculer son cycle menstruel (Août 2019).