Une fois la décision prise et avant de procéder à l'opération ligature des trompes, nous procédons à une série d’études permettant de connaître l’état de santé des femmes:

  • Détection de la gonadotrophine chorionique humaine (hCG) dans l'urine: L'hCG est une hormone qui apparaît dans le corps de la femme une fois l'embryon implanté dans la paroi de l'utérus. Sa détection nous permet de savoir si une femme est enceinte, ce qui peut conditionner la chirurgie. Il est préférable d’effectuer deux mesures à une semaine d’écart, la dernière le jour de l’opération étant préférable, elle doit être effectuée les premiers jours du cycle ovarien pour éviter les faux négatifs dus aux distorsions hormonales.
  • Test de Papanicolaou: Ce test consiste à prélever un échantillon des cellules de l'épithélium du col de l'utérus et à déterminer si elles présentent des altérations caractéristiques de l'infection à papillomavirus humain (HPV). Cela doit être fait dans les six mois précédant l'opération.
  • Analyses de sang et d'urine: dans toute chirurgie, il doit être effectué.
  • Détection de l'infection par la gonorrhée et la chlamydia: la présence de l'un ou l'autre de ces deux organismes nous permet de savoir qu'il existe une infection pelvienne en évolution. Ils doivent être éradiqués avec des antibiotiques avant de procéder à une intervention chirurgicale, sinon le risque de complications après la chirurgie est très élevé.
  • Échographie: une échographie doit être réalisée avant l'opération à la recherche de variations anatomiques, d'abcès et de tumeurs. L'échographie transvaginale doit être réalisée en particulier chez les patients obèses où l'échographie de routine ne permet pas d'explorer l'intérieur du pelvis. Si, au cours de l'opération, vous soupçonnez ou trouvez une masse interne dans les tubes, vous pouvez utiliser une échographie peropératoire pour nous aider à en discerner l'origine.

La cystoscopie - Examens médicaux (Août 2019).