Le zones vertes, tels que les forêts, les parcs ou les jardins, pourrait devenir la nouvelle indication pour profiter d'un vieillissement plus actif et en bonne santé Apparemment, les personnes de plus de 50 ans qui résident dans ces lieux ou à proximité ont de meilleures capacités fonctionnelles et éprouvent détérioration physique plus lente, selon de nouvelles recherches. En particulier, leur vitesse de marche est supérieure à celle des habitants des zones urbaines qui ne disposent pas de paysages naturels dans leur environnement immédiat.

L'étude a été réalisée par un groupe de chercheurs espagnols de l'Institut de la santé mondiale de Barcelone (ISGlobal) et a été publiée dans la revue Environnement International. Pour obtenir ces résultats, les auteurs ont analysé 5 759 personnes âgées de 50 à 74 ans, entre 2002 et 2013, qui ont effectué des tests de vitesse de marche et des exercices pour déterminer leur force de préhension.

La détérioration de la vitesse à laquelle les personnes vivant près des zones vertes ou bleues marchent a ralenti entre 6% et 7,5%

Les espaces verts favorisent l'activité physique

Pour déterminer s'ils vivaient près de paysages naturels Avec les zones vertes, les chercheurs ont analysé la végétation autour de leurs maisons à l'aide d'images satellite et d'une carte d'utilisation des sols. Les résultats ont montré que les personnes dont la résidence était proche de zones naturelles présentaient une dégradation de leur vitesse de marche entre 6% et 7,5% plus lente sur cinq ans, par rapport à celles qui résidaient dans des zones moins vert

Ce facteur environnemental permet aux personnes de vieillir de manière plus saine. Parmi les causes évoquées par Carmen de Keijzer et le reste de l'équipe de recherche, il est souligné que les personnes âgées ont tendance à passer plus de temps à la maison et dans les environs. La proximité des zones vertes et bleues favorise l'activité physique, en particulier le fait de marcher, évite également le stress et favorise la santé mentale. Ils ont également observé que ces personnes avaient un plus grande force de préhension, mais cette fonction n’a pas montré une détérioration plus lente tout au long de l’étude.

Grand Débat avec les maires d’outre-mer (Septembre 2019).