Toutes les femmes, peu importe leur orientation sexuelle ou leur situation sentimentale, ils peuvent accès aux traitements de procréation assistée offert dans les centres du système national de santé (NHS), comme annoncé vendredi lors d'une conférence de presse par Isabel Celáa, ministre de l'Education et de la Formation professionnelle et porte-parole du gouvernement.

De cette manière, les femmes qui n'ont pas de partenaire et les lesbiennes peuvent recouvrer le droit de recevoir ce type de prestations de santé avec un financement public, une possibilité qui a été refusée en novembre 2014, lorsque le gouvernement a limité l'accès au marché. procréation assistée dans les centres publics, à l’exception des lesbiennes et aux femmes qui souhaitent être mères célibataires -Bien que certaines communautés autonomes aient refusé de se conformer à cette règle.

En novembre 2014, le gouvernement a limité l'accès à la procréation assistée dans les centres publics, à l'exclusion des lesbiennes et des femmes célibataires.

Le portefeuille de services SNS sera mis à jour par un arrêté ministériel, dont le traitement commencera immédiatement. Le 13 juillet prochain, il rencontrera les chefs des communautés autonomes en termes de prestations, d'assurance et de financement du Conseil interterritorial du SNS, et a également tenu diverses réunions avec le mouvement associatif, ainsi que des sociétés scientifiques et professionnelles.

Une loi qui ne discrimine pas le droit d'être mère

Après le traitement de la procédure de réglementation, il est prévu que cette mesure entre en vigueur au cours de la premier trimestre de 2019et égalent le droit de toutes les femmes de subir ces traitements, car, conformément à la loi de 14/2006 sur les techniques de procréation assistée, la seule condition nécessaire pour ce faire est d'avoir 18 ans et de donner le consentement correspondant. .

On estime que dans notre pays, environ 20% des traitements de procréation assistée sont effectués en santé publique.

Guillaume Peltier est "opposé à la PMA pour toutes" (Août 2019).