Le manque d'hygiène d’assainissement et les difficultés d’accès à l’eau potable dans les centres d’obstétrique continuent de causer la mort de les mères et ses nouveau-nés dans les pays en développement, comme le révèle une nouvelle étude menée par neuf organisations internationales spécialisées dans les questions de santé.

Rien qu'en 2013, on estime que 289 000 femmes sont décédées des suites de complications liées à la grossesse ou à l'accouchement, nombre qui, selon les auteurs de la recherche, pourrait diminuer si l'amélioration de l'approvisionnement en eau de boisson et de l'hygiène permettait de prévenir les infections, centres de santé comme à la maison.

Dans les hôpitaux des pays en développement, les conditions d'assainissement et d'hygiène ne sont pas suffisantes pour protéger la santé des mères et des nouveau-nés

Dans les pays aux ressources économiques limitées, même dans les hôpitaux, les conditions d’assainissement et d’hygiène permettant de protéger la santé des femmes et des nouveau-nés ne sont pas suffisantes. En tant que Yael Velleman, analyste des politiques de l'assainissement et de la santé chez WaterAid, l’une des organisations ayant collaboré à l’étude, bien que les autorités sanitaires de ces pays encouragent les femmes enceintes à accoucher dans des cliniques et des hôpitaux, si ces centres n’ont pas d’eau potable ni d’assainissement de base, les femmes craignent d’aller chez elles. de peur de s'exposer eux-mêmes et leurs enfants à une infection mortelle.

Lenka Benova, de la Ecole d'Hygiène et de Médecine Tropicale, et un autre auteur du travail, a donné l'exemple à la Tanzanie, un pays où environ 8 000 femmes meurent chaque année pendant l'accouchement ou le post-partum, dont 10% à cause du la septicémie causée par une infection. Cet expert ajoute qu'il est possible de prévenir les décès liés aux infections avec de l'eau potable, des services d'hygiène appropriés et des services d'assainissement de base, et espère que les résultats de l'étude contribueront à faire de ces services une priorité dans les objectifs de développement de l'ONU.

Les gens sales - Natoo (Septembre 2019).