Dans son nouveau livre, Premiers secours émotionnels pour enfants et adolescents (Guide du parent) (La sphère des livres, 2017), le psychologue Javier Urra, premier défenseur des droits des enfants en Espagne, préside actuellement le comité directeur du programme RecURRA GINSO pour parents et enfants en conflitet la Société espagnole pour l'étude de la violence entre parents et parents (SEVIFIP) proposent une série de mesures, qu'il appelle «vaccins et antidotes», destinées à prévenir et à résoudre les problèmes de comportement graves chez les enfants et à la coexistence au sein de la famille et dans les relations sociales avec les pairs. L’intimidation et la cyberintimidation, ainsi que la toxicomanie aux drogues ou aux nouvelles technologies ne sont que quelques-uns des aspects de ce «manuel pour les parents», car, comme le dit l’auteur, «éduquer, c’est prévenir» faire face à des situations de risque et faire face à leurs responsabilités et aux conséquences de leurs actes.


Dans votre nouveau livre, vous trouverez un sous-titre intitulé «Guide du parent». Cela signifie-t-il que le livre s'adresse uniquement aux parents ou pensez-vous qu'il serait également pratique pour les enseignants de le lire? Et les adolescents?

La vérité est qu'il est dédié aux parents et aux professionnels, qu'ils soient enseignants, psychologues, psychiatres ...; Cependant, il ne vise pas spécifiquement les adolescents, car le livre parle également des adolescents, mais aussi des enfants, et ce n'est pas un livre à lire. L’idée est d’aider les parents à comprendre les problèmes éventuels que leurs enfants pourraient rencontrer, et son objectif est que les parents et les professionnels connaissent les caractéristiques du comportement des enfants et des adolescents qui devraient générer une alerte ou un réveil. et ils ont besoin de prévention et d'intervention avant que ces problèmes ne s'aggravent.

Vous proposez que l'éducation soit utilisée comme un «vaccin» dans le but de prévenir d'éventuels problèmes. Mais quels sont selon vous les principaux problèmes qui affectent les enfants et les adolescents des sociétés développées?

La première est que les enfants ont perdu la rue; Nous vivons dans une société où l’enfant a très peur de sortir pour jouer. C’est un gros problème parce que les enfants ont besoin de jouer, d’être avec d’autres enfants ... Un autre problème est la perte de contact avec la nature; Il y a ceux qui parlent de trouble déficitaire de la natureet c’est que les enfants doivent être sur le terrain, ils doivent savoir que nous sommes des animaux, rationnels, mais animaux, ils doivent avoir le sens de l’effort, de la beauté naturelle ..., et cela se nourrit très bien au contact des animaux. l'environnement. Troisièmement, il s’agit d’une société très stressée, qui court trop sans savoir très bien où; et avec les adultes qui veulent rendre les parents compatibles avec le fait d'être de bons professionnels et mener leur propre vie, et avec les familles dans lesquelles il existe parfois de très mauvais processus de séparation ...

Et, en outre, nous soutenons une pathologie sociale qui fait que le mot corruption est entendu très souvent, qu’il ya beaucoup de toxicomanie, que les valeurs font l’objet de beaucoup de discussions quand il ya des gens qui ne se comportent pas moralement, qui n’ont aucune compassion il ne sait pas pardonner, il ne peut pas non plus être pardonné ... Tout cela fait que l'environnement social, même s'il est meilleur - la société en général s'améliore - présente une série de problèmes qui affectent les enfants, ainsi que les adolescents, dans une phase de changements, et certains d’entre eux traversent des situations très difficiles comme le harcèlement scolaire ou sont connectés au réseau.

Harcèlement ou violence entre pairs, sexe et filio-parent

Que proposeriez-vous pour prévenir et éliminer l'intimidation?

En ce qui concerne l’intimidation, je pense que les écoles doivent reconnaître que si cela leur arrive, je pense que les enseignants doivent éduquer et, par conséquent, ils doivent surveiller ce qui se passe et ils doivent avoir autoritas et potestaset je pense qu'il faut éduquer les enfants pour qu'ils acquièrent des compétences sociales, des chiffres de référence, qui leur permettent de se débarrasser de la pression de l'intimidation. Les victimes ont besoin d'attention, mais elles ont également besoin de formation. Bien sûr, ces enfants ne sont pas coupables de ce qui leur arrive, mais nous devons savoir pourquoi, s’ils vont dans d’autres écoles ou instituts, ils sont victimes de harcèlement et leur donnent des outils et des compétences leur permettant de gagner un autre groupe sans être aussi facilement. Les attaquants

En ce qui concerne les agresseurs, j’ai l’impression que souvent leurs parents le savent, car ils sont également très agressifs et transgresseurs à la maison, sans pour autant s’impliquer. Et il me semble qu’il ya un point essentiel, à savoir le groupe de pairs, le groupe d’enfants qui prennent souvent le parti de l’agresseur au lieu de la victime, et ce que vous devez rechercher est la défense de la victime.Il est vrai que la société prend de plus en plus conscience de ce problème, mais nous avons un autre problème très grave, la cyberintimidation, car l'intimidation est amplifiée parce qu'elle se poursuit sur le Web et que les adultes oublient ce que ressent un enfant. quand tout son peuple se moque de lui, se ridiculise et se moque de lui; et il y a des cas d'enfants qui, voyant que les adultes ne résolvent pas le problème, se retrouvent sans espoir et, sans espoir, sont venus se suicider.

En ce qui concerne l'intimidation, je pense que certaines choses vont très mal, par exemple, changer l'enfant victime d'école ou de lycée, parce qu'il doit changer d'école ou d'institut et qu'il doit également être sérieusement pénalisé, C'est l'agresseur, pas la victime

Je pense également que certaines choses sont très mal faites, par exemple, changer l'enfant victime d'école ou de lycée, parce que celui qui doit changer d'école ou de lycée, et qui doit également être sérieusement sanctionné, est l'agresseur, la victime. Les parents doivent être à côté de l’enfant prétendument victime, car bien que dans notre société les enfants soient surprotégés, la protection de la victime est justifiée, et je pense que nous devons aller à l’école et parler avec le tuteur et conseiller, car il est essentiel que des psychologues soient impliqués et que la direction du centre soit impliquée. Et lorsque l'agresseur a plus de 14 ans, il est essentiel que le bureau du procureur de la jeunesse participe.

Les mêmes mesures seraient-elles utilisées pour prévenir la violence sexiste chez les adolescents?

En ce qui concerne la violence sexiste chez les adolescents, je considère comme très grave que 33% de nos adolescents déclarent que la jalousie est une preuve non équivoque de Il y a le profil d'un garçon très possessif, très macho, très narcissique, qui se soucie de son moi, personne ne se moque de lui, personne ne le quitte, ni personne ne va avec des amis ... donc très possessif, et confond aimer aimer avec posséder. Vous ne pouvez pas forcer quelqu'un à vous aimer, et personne ne peut vous forcer à l'aimer; l'amour est basé sur la liberté de choix. Et je pense que nous devrions travailler avec les enfants dès leur plus jeune âge, avec des jeux comme "celui qui ne sait pas ce que l'autre ressent, perd", afin de renforcer leur empathie. Et cela doit générer une habitude. Quelque chose qui est intériorisé de manière à ce qu'il soit fait sans réfléchir, parce que c'est devenu une habitude. Mais cela doit être travaillé jour après jour, et cela ne se fait pas.

Et quiconque tue son partenaire ou son ancien partenaire ne le fait pas à cause d'un trouble mental transitoire, mais l'a déjà averti et menacé auparavant, et le seul moyen de l'éviter est d'éduquer. Par exemple, le cas récent de l'homme qui a été jeté par une fenêtre de l'hôpital La Paz de Madrid avec son bébé dans les bras n'a pas fait beaucoup pour tuer sa fille, mais pour tuer la personne qu'il cherchait. celui qu'il déteste aujourd'hui. Il est très facile de passer de l’amour à la haine; C'est comme un tube de dentifrice, ce qui est très facile à obtenir, mais il est très difficile de le remettre dans ce tube. Et vous devez éduquer les enfants pour comprendre qu’un jour vous serez frustré, qu’un jour ils vous quitteront et que cela vous écrasera et que vous vous sentez mal, mais vous devriez pleurer seul ou parler à un ami et vous ne pouvez pas ne force personne à te suivre. Et cela, ou vous apprenez dès le plus jeune âge, ou les prévisions ne sont pas bonnes.

Nous vivons dans une société où il est très effrayant pour l'enfant de jouer, et c'est un gros problème car les enfants ont besoin de jouer, d'être avec d'autres enfants ...

Outre la violence sexiste ou entre pairs, la violence parentale a également augmenté de manière significative ces dernières années en Espagne. À quoi attribuez-vous ce phénomène?

Je préside un groupe dans lequel nous travaillons avec 96 garçons de toute l'Espagne qui attaquent leurs parents. Et ce sujet est très vaste, mais je peux vous dire que c’est une pathologie de l’amour, et que les enfants qui attaquent leurs parents, bien que cela paraisse très étrange, veulent aimer leurs parents, mais ont appris à être de petits dictateurs, et que cela génère beaucoup de douleur, parfois psychologique, parfois émotionnelle, parfois économique. Dans 100% des cas, ils attaquent les parents et dans 50% des cas, ils attaquent leurs pairs. Le pourcentage d'agresseurs que nous avons, par sexe, est de 70% d'hommes et de 30% de femmes. Et en ce qui concerne la strate socio-économique, il est varié et il existe des niveaux élevés, moyens, faibles et très bas. C’est une société dans laquelle vous avez peu d’enfants et avec beaucoup d’âge, dans laquelle les enfants sont devenus un trésor et où il existe une croyance stupide que si un enfant se fait dire non, il est traumatisé et personne ose parler de discipline. Dans notre centre, les garçons n’ont pas de téléphone, ils n’ont pas d’ordinateur - sauf pour étudier -, ils doivent se conformer aux normes, ils suivent un traitement et nous résolvons 70% des cas. Ils sont en moyenne avec nous, demain après-midi et soir, y compris les samedis et dimanches, environ dix mois, et nous travaillons avec les enfants pour les former, et pour respecter les autres et se respecter eux-mêmes.

C’est une société dans laquelle vous avez peu d’enfants et avec beaucoup d’âge, dans laquelle les enfants sont devenus un trésor et où il existe une croyance stupide que si un enfant se fait dire non, il est traumatisé et personne ose parler de discipline

Actuellement, on a tendance à qualifier tout comportement erroné de pathologie. Que devrait-on faire pour mieux identifier les troubles mentaux chez les enfants?

Une de mes propositions est d'apprendre à mieux identifier le TDAH, le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention, qui, à mon avis, est surdiagnostiqué. Par conséquent, je ne veux pas dire qu'aucun enfant ne souffre de TDAH, mais il est souvent diagnostiqué Il ne l'a pas. Et cet étiquetage dont vous parlez a quelque chose à voir avec la prophétie auto-réalisatrice; Il est également vrai que, même à l'époque de Galdós, les enfants espagnols n'avaient pas assez à manger et qu'il y a peu de temps, il était nécessaire de légiférer pour que les enfants de moins de 12 ans ne travaillent pas plus de 12 heures, mais cela a radicalement changé. et nous sommes maintenant en mesure de consacrer plus de temps et de moyens à la gestion de la santé mentale des mineurs et nous voyons des enfants avec un trouble de la personnalité limite. En Espagne, nous travaillons bien avec la santé mentale et la santé mentale, et des professionnels travaillent sur l’intervention, car certains enfants souffrent de psychopathie et de psychose, ce dont on n’avait pas parlé auparavant, peut-être parce que l’attention n’était pas suffisante, mais aujourd’hui Nous savons qu'il existe et les responsables de psychiatrie dans certains hôpitaux m'ont expliqué qu'ils rencontraient un problème chez des adolescents qu'ils n'avaient jamais vus auparavant.

Apprendre aux enfants à s'adapter et à prévenir les dépendances

Comment évaluez-vous l'évolution de l'éducation survenue au cours des 30 ou 40 dernières années, au cours desquelles nous sommes passés de l'autoritarisme à un style plus permissif et, dans certains cas, surprotecteur?

Ma période étudiante - j'ai 59 ans - je m'en souviens avec beaucoup d'affection, mais il y avait une certaine peur des enseignants, il y avait une certaine peur du père, et aujourd'hui les parents parlent beaucoup plus avec les enfants, il y a beaucoup de confiance, même s'il est vrai que il y a des professeurs qui ont peur des parents d'élèves. C'est une société dans laquelle les parents éduquent, éduquent l'école, éduquent les médias ... En général, je pense que c'est une société extraordinaire, et que le monde est bien meilleur, le niveau de vie est supérieur, les guerres sont rares comparées avec l'histoire de l'humanité ... L'important est que les parents sachent qu'ils sont parents, qu'ils ne sont pas amis, qu'ils doivent éduquer, mais aussi qu'ils peuvent apprécier leurs enfants, mais qu'ils doivent leur apprendre que la vie n'est pas un parc à thème , cela n'existe pas, et qu'un jour les grands-parents peuvent tomber malades, ou que quelqu'un parte, ou qu'il y ait une expulsion, ou qu'ils vous jettent au travail ... Vous devez renforcer les enfants pour qu'ils ne demandent pas plus de vie qu'ils ne le peuvent. donner

Nous sommes dans une société dans laquelle nous voulons que tout fonctionne correctement et si, par exemple, vous prenez l'AVE et qu'il est retardé de dix minutes, vous récupérez l'argent. Mais la vie n’est pas cela et il faut emmener les enfants voir la grand-mère atteinte de la maladie d’Alzheimer et leur apprendre que si le vent tourne ou ne souffle pas, ce n’est pas si important et vous devez vous adapter. Et vous devez habituer les enfants à la solitude, parce que vous êtes né seul et que vous mourez seul. Et inculquez la valeur de la musique, des efforts, de la compréhension en lecture, parlez bien en utilisant la terminologie correcte, essayez d’améliorer chaque jour la journée, la communication non verbale, le sourire, la coopération ...

La dépendance aux nouvelles technologies est un danger pour les enfants et les adolescents, mais dans un monde interconnecté, il semble impensable de leur refuser l'accès à Internet ou de Whatssap. Que recommandez-vous aux parents pour protéger leurs enfants de ce problème?

Premièrement, avoir le bon sens de le faire progressivement; deuxièmement, promouvoir d’autres activités alternatives, rue, théâtre, randonnée ...; et troisièmement, bien établir le temps, car il y a du temps pour jouer, du temps pour parler, du temps pour se doucher ... et pour éviter que la dépendance ne soit générée à cause de la maltraitance. L'être humain a tendance à devenir dépendant: au travail, à la vigorexia, au sexe, au jeu ... Et pour les enfants et les adolescents, il est facile de devenir accro aux réseaux sociaux et à Internet. En tant que parent, j'ai l'obligation de savoir ce que mes enfants voient et avec qui ils communiquent, et au moment même où je vais entrer dans leur chambre, que je le veuille ou non, je vérifie qu'il n'y a pas de choses qui ne sont pas les leurs, ou que je ne trouve pas de drogue, Je veux voir quel type de pages il fréquente, et s'il visite des pages pro de l'anorexie, je devrai l'emmener chez un spécialiste. En passant, la Cour suprême a récemment prononcé une sentence qui illustre magnifiquement un problème de ce type, car c'est une fille qui dit à sa mère que sa sœur est en contact avec un adulte par le biais d'Internet et que la mère il prétend être une autre personne pour le localiser et le dénoncer, et pour se défendre, l'avocat affirme que, après avoir trompé son client en se faisant passer pour quelqu'un d'autre, tous les éléments de preuve sont contaminés; cependant, la Cour suprême comprend que la mère n'est pas n'importe qui,mais en tant que mère, elle a le droit et l'obligation de sauver sa fille des intentions de ce prédateur et, par conséquent, elle a bien fait, et ce monsieur doit aller en prison.

L'être humain a tendance à devenir dépendant: au travail, à la vigorexia, au sexe, au jeu ... Et pour les enfants et les adolescents, il est facile de devenir accro aux réseaux sociaux et à Internet.

Le livre propose également des solutions pour corriger les problèmes émotionnels ou comportementaux lorsqu'ils sont déjà en place, mais ... Quand pensez-vous qu'il est nécessaire de recourir à une aide spécialisée pour résoudre une crise entre parents et enfants?

Quand la situation est enracinée, quand les adultes ne voient aucune solution, quand l'adulte entre dans un point où il la vit comme une bataille, comme un défi. Parce qu'un garçon de 15 ans ne peut pas me défier, il peut me dire des choses qui m'indignent, il peut me menacer, mais il ne me défie pas, car je suis à un autre niveau. Lorsque cela n’est pas possible, l’intervention d’un professionnel qui estime objectivement pourquoi les choses sont si mauvaises est essentielle. Être père, c'est très bien et, du point de vue biologique, c'est facile, mais bien éduquer est difficile, et si la coexistence devient impossible, c'est à cela que servent les professionnels. Tout ne peut pas être résolu dans la famille, car certaines choses vont s'aggraver si elles ne sont pas réglées à temps. Lorsque le problème est déjà établi, il doit être recomposé, mais au début, nous devons également l’empêcher, afin d’éviter un comportement inapproprié.

Au cours de votre longue expérience, avez-vous rencontré des adolescents dont le comportement ou la dépendance n’est plus possible à corriger, ou y at-il toujours de l’espoir?

Je crois qu'avec les enfants et les adolescents, il y a toujours de l'espoir. Je ne pense pas qu'il en existe dans le cas d'un pédophile, récidiviste, qui ne reconnaît pas ce qu'il a fait et qui vous dit que les enfants l'ont séduit; avec cet homme, j'ai déjà jeté l'éponge, et je suis conscient qu'il va récidiver, mais avec un adolescent, je pense qu'il faut tout faire et que l'important n'est pas le diagnostic, mais le pronostic, et c'est là que vous devez travailler .

JAVIER URRA Educando a nuestros hijos (Septembre 2019).