Le migraines touchent 30% des adultes, selon les données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et constituent la sixième cause d'années perdues pour cause d'invalidité, auxquelles s'ajoutent les difficultés d'un diagnostic correct des personnes touchées. Des chercheurs de l’Université de Bâle (Suisse) ont donc mené une étude dans le but de connaître l’efficacité de la exercice modéré et exercice de haute intensité pour réduire les crises de migraine.

Les résultats ont été annoncés lors du 18e Congrès de l'International Headache Society (IHC) 2017 et indiquent que, bien que des résultats positifs aient été observés en ce qui concerne les migraines dans les deux types d'exercices, la pratique de l'entraînement à haute intensité ou Entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT) a montré qu'il est plus efficace de réduire la fréquence des épisodes de ce type de maux de tête.

L'exercice physique intense dilate les artères

Avec ce type d'exercice intense, on obtient une plus grande dilatation des artères et une constriction des veinules par rapport à celle modérée, ce qui se traduit par Fréquence mineure des crises de migraine. Après une séance de HIIT, le corps doit s’adapter pour recevoir plus d’oxygène et ainsi récupérer plus rapidement de l’effort.

Pour récupérer d'un entraînement de haute intensité, le corps augmente l'oxygène dans le sang et dilate les artères, ce qui réduit les épisodes de migraine.

L'étude a été menée avec un groupe de 20 femmes et quatre hommes, âgés en moyenne de 36 ans, répartis en trois groupes de huit personnes. L'un d'eux a fait des exercices interválicos de haute intensité deux fois par semaine pendant 12 semaines. Un autre groupe a effectué un entraînement modéré continu au cours de la même période, conçu pour nécessiter la même quantité d'énergie que le HIIT, et le dernier d'entre eux n'a pas été assigné à une routine.

Des photographies de la rétine ont été prises et les index artério-veineux rétinien, avec l’analyse du diamètre des vaisseaux car ces tests indiquent l’état de santé du microvasculature cérébral. Les patients ont également reçu un journal dans lequel ils devaient enregistrer leurs crises de migraine au cours de la période d'enquête.

Selon Alice Minghetti, l'une des chercheurs de l'étude, l'entraînement de haute intensité est sans danger pour les personnes migraineuses et effets bénéfiques sur la santé cérébrovasculaire et l'absorption d'oxygène par l'organismeLes exercices aérobiques pourraient donc être considérés comme un outil de prévention et de traitement alternatif de cette maladie.

Sophrologie et angoisse : exercices pour gérer une crise de panique (Août 2019).