Les enfants d'un frère aîné avec autisme ont 7% de chances de développer cette maladie, alors que le risque pour la population en général est de 1%. Telle est la conclusion d'une étude menée par des chercheurs de l'Université d'Aarhus au Danemark.

Thérèse Gronborg, auteure principale de la recherche, dont les résultats ont été publiés dans «JAMA Pediatrics», a expliqué que les causes de l'autisme sont diverses et complexes et que, si la maladie avait un seul composant génétique, l'incidence parmi les frères et sœurs serait beaucoup plus élevée. qu'ils ont trouvé. En fait, d’autres études antérieures avaient déterminé le taux de risque d’autisme lorsque le frère aîné souffrait de ce trouble de 18%.

Si l'autisme avait une seule composante génétique, l'incidence chez les frères et sœurs serait beaucoup plus élevée, explique l'investigateur principal de l'étude.

Les chercheurs ont utilisé des données de registres de naissance et de registres civil et psychiatrique pour évaluer les 1,5 million d'enfants nés au Danemark entre 1980 et 2004. Ils ont découvert que les enfants dont le frère ou la soeur était autiste avaient entre 4,5 et 4 ans. 10,5% de chances - 7% en moyenne - de souffrir de cette pathologie.

Ils ont également observé ce qui s'est passé lorsque les enfants étudiés étaient des demi-frères; ainsi, s’ils avaient le même père et que l’un d’eux était autiste, le risque que l’autre soit atteint de la maladie était de 1,5%, tandis que s’ils étaient frères et sœurs du côté maternel, ce risque était porté à 2, 4%

Selon Groborg, le mode de vie de la mère pendant la grossesse ou un facteur intervenant dans le développement intra-utérin pourrait influer sur le risque que ses enfants soient atteints d'autisme, bien qu'il puisse également être associé à des facteurs socioculturels et à l'éducation.

Autism — what we know (and what we don't know yet) | Wendy Chung (Août 2019).