Les spécialistes ont observé une augmentation du nombre de patients atteints de certaines maladies sexuellement transmissibles (MST) qu’ils considéraient en déclin, telles que la chlamydia, l’infection à VIH ou la syphilis.

Le infection sexuellement transmissible (IST) José Antonio Varela Uría, dermatologue spécialiste des MST à l'hôpital Cabueñes de Gijón, met en garde contre le virus du papillome humain (VPH), également responsable du développement du cancer du col de l'utérus.

La Dre María Luisa Junquera Llaneza, chef de l'unité IST de l'hôpital Monte Naranco d'Oviedo, attribue cette absence de prévention à l'augmentation de l'incidence des infections transmises par contact sexuel. Et, selon l'expert, la population a maintenu une attitude assez responsable pour prévenir la propagation du VIH mais, ces dernières années, elle s'est assouplie et a réduit le recours aux mesures préventives, ce qui a non seulement augmenté le nombre de des cas de VIH, mais aussi d’autres MST.

Les experts estiment qu’il ne suffit pas d’informer la population pour promouvoir les habitudes de protection contre la transmission de ce type d’infections, il est également nécessaire de former convenablement les professionnels de la santé afin qu’ils sachent comment prendre en charge les patients atteints de ceux qui sont suspectés d'avoir une IST et, surtout, il est nécessaire de créer suffisamment Ses unités sur tout le territoire national. Ces unités sont formées pour suivre les protocoles d’action appropriés et c’est là que les patients affectés par l’une de ces pathologies doivent se rendre. Il est donc nécessaire d’éviter qu’ils se rendent dans une autre communauté autonome pour suivre le traitement correspondant.

Source: Société espagnole des médecins de soins primaires (SEMERGEN)

Les maladies sexuellement transmissibles en recrudescence - 26/03 (Août 2019).