Avant de commencer l'arthroscopie, vous serez d'abord anesthésié afin que vous ne ressentiez aucune douleur pendant toute la procédure. Le anesthésie Il peut être de trois types: général, régional ou local. Le plus souvent, il est réalisé sous anesthésie régionale chaque fois que possible. Pour cela, une petite ponction sera faite dans le dos afin d'anesthésier directement les racines nerveuses de la moelle épinière. De cette manière, le joint qui intervient n'aura pas de sensibilité et vous resterez éveillé tout le temps, bien qu'il puisse vous calmer pour que vous soyez plus détendu.

Ensuite, l'extérieur de l'articulation sera désinfecté et recouvert d'une feuille chirurgicale qui limitera la zone. Parfois, un brassard est placé devant l'articulation pour appliquer une pression et limiter le flux sanguin dans l'articulation.

C'est à ce moment que le traumatologue fait trois ou quatre incisures dans les articulations pour introduire la caméra, la pompe à sérum et d’autres instruments. La caméra permet de visualiser l'intérieur de l'articulation, la pompe de sérum introduit une solution saline à l'intérieur de l'articulation pour augmenter l'espace entre l'os et l'os.

Le instruments qui sont introduits dans le joint sont très variés: pincettes, ciseaux, fichiers, sutures, etc. Avec eux, le traumatologue pourra résoudre le problème posé par l'articulation. Tous l'intervention est enregistrée sur vidéo pour pouvoir le voir plus tard par le médecin ou par vous-même.

Lorsque la procédure est terminée, tous les instruments sont retirés et les incisions du genou sont fermées avec points de soutureen laissant de très petites blessures. Après 24 heures, vous pouvez commencer à effectuer les exercices recommandés par le médecin pour mobiliser l'articulation.

L'enseignement en arthroscopie au CHUM (Septembre 2019).