Fédération d'État du commerce, de l'hôtellerie et du tourisme (FECOHT) de CC.OO. Il a tiré la sonnette d'alarme quant aux répercussions des travailleurs de l'hôtellerie sur le type de travail qu'ils développent et, par conséquent, au taux élevé de récurrence de l'utilisation des analgésiques dans ce groupe. Selon le syndicat, plus de 42% des employés du secteur de l’hôtellerie qui exercent leur profession depuis plus de six ans et qui ont plus de quarante ans prennent régulièrement une sorte d’analgésique aux propriétés anti-inflammatoires avant de commencer leur journée de Conséquences négatives du travail sur votre état de santé.

Avant de commencer leur journée de travail, plus de 42% des employés de l’hôtellerie prennent régulièrement des analgésiques aux propriétés anti-inflammatoires.

Et c’est que ce type de travail entraîne divers désagréments qui obligent ces travailleurs à recourir fréquemment aux analgésiques. Ainsi, 54,1% doivent fréquemment faire des mouvements répétitifs, 48,1% doivent rester dans la même position, 16,3% déplacent et soulèvent des objets lourds et 14% sont forcés d'adopter des postures qui causent de la douleur. . En outre, ils sont également exposés à d'éventuelles critiques de la part des clients quant à leur façon de travailler et à la faible valeur que leur travail attache généralement.

Cet ensemble de circonstances peut générer diverses pathologies telles que l’inconfort cervical et dorsal, lumbago, varices, problèmes ligamentaires, tendinite et bursite, arthrose et autres troubles affectant les articulations, les hernies ...

Selon les estimations de CC.OO., ces travailleurs ne sont pas seulement exposés à ces risques physiques et psychologiques, mais également à un risque chimique lié à la manipulation de substances toxiques utilisées pour nettoyer les installations où ils travaillent.

Par conséquent, le syndicat réclame de manière globale le respect de la loi sur la prévention des risques professionnels et dénonce le manque de responsabilité des employeurs à cet égard, car il considère que peu de progrès ont été accomplis dans le respect de la réglementation et que ni l'un ni l'autre Les mesures de prévention nécessaires et efficaces ont été mises en place.

Source: EUROPE PRESSE

???? Le travail, c'est fini ! La robotisation : le risque du "chômage technologique" ! (Août 2019).