Souffrir fièvre pendant la grossesse, peu importe la raison pour laquelle cela se produit, augmente le risque que le futur bébé se développe malformations congénitales, selon une étude menée par un groupe de chercheurs de la prestigieuse université Duke à Durham (États-Unis), qui a révélé que les processus fébriles au cours du premier trimestre de la grossesse augmentent les chances que le bébé naisse avec une fente labiale fente palatine ou avec altérations cardiaques.

Dans l’étude, qui a été publiée dans Signalisation scientifique, des tests ont été réalisés sur des embryons d’animaux qui montrent que la cause est due à la fièvre elle-même et non à l’étiologie virale, car la fièvre perturbe le développement du cœur et de la mâchoire entre les trois et huit premières semaines de la grossesse. Cependant, il n'a pas été précisé si la durée ou la gravité de la fièvre avait un effet sur ce développement.

Le type de trouble congénital du fœtus dépend de l'apparition de la fièvre de la femme enceinte tout au long du développement du cœur ou au stade de la formation cranofaciale.

Les chercheurs ont analysé l'impact de la fièvre sur le développement d'embryons de poisson zèbre et de poulet et ont découvert que les cellules de la crête neurale possédaient des canaux ioniques sensibles à la température, puisqu'elles simulaient des conditions de fièvre ciblant deux Canaux de communication sensorielle - TRPV1 et TRPV4 - Ces cellules, impliquées dans le développement des caractéristiques cardiaques et faciales, ont subi une altération.

Déformations craniofaciales et malformations cardiaques

Les embryons étudiés ont présenté des déformations cranio-faciales et des malformations cardiaques, telles que la double sortie du ventricule droit et la tétralogie de Fallot, entre autres. Et les scientifiques ont observé que le type de trouble dépend de la fièvre apparue au cours du développement du cœur ou au stade de l’entraînement craniofacial.

Eric Benner, néonatologue à la Duke University et auteur principal de la recherche, affirme que ses résultats suggèrent qu'une quantité importante de ce type de malformations congénitales pourrait être évité en diminuant la fièvre de la mère avec une utilisation adéquate de paracétamol. Et il ajoute que, tout comme les femmes qui envisagent une grossesse sont informées de la consommation de vitamines et d'acide folique, il convient de leur expliquer les risques de faire de la fièvre pendant le premier trimestre, ainsi que les risques et les avantages qui en découlent. le contrôler avec l'utilisation de certains médicaments.

LES FEMMES QUI DONNENT CA A LEUR MARIS SONT TRES HEUREUSES ,N ACCOUCHENT QUE DES JUMEAUX !!! (Septembre 2019).