Pour la première fois au monde, deux transplantations utérines ont été réalisées avec succès, dans lesquelles des donneurs d'organes étaient les mères des patientes qui l'ont reçu. Les médecins qui ont pratiqué l'intervention - auxquels ont participé plus de dix chirurgiens - appartiennent à l'hôpital universitaire Sahlgrenska et à l'université de Göteborg (Suède). Selon ces spécialistes, les donneurs et les receveurs vont bien et seront bientôt libérés.

Les patientes qui ont reçu l'utérus de leurs parents respectifs - deux femmes âgées d'environ 30 ans - ne pouvaient pas être mères car elles manquaient de cet organe, l'une d'elles étant née sans cet organe et l'autre devant le faire retirer. cause du cancer du col utérin.

Avant la greffe, les patients ont subi une fécondation in vitro, et leurs embryons ont été congelés pour être implantés au bon moment

La greffe a été réalisée dans le but de permettre aux patientes de devenir enceintes à l’avenir. Par conséquent, avant l’intervention, les deux femmes ont subi une procédure de fécondation. in vitro, et les embryons résultants ont ensuite été congelés, de manière à pouvoir être implantés lorsque les médecins le jugent utile. Ils devront attendre environ un an pour que cela soit possible et, selon les spécialistes, l'un des obstacles à ce que l'on pourrait trouver, c'est que le placenta ne se développe pas correctement.

Toutefois, l’équipe qui a effectué les interventions - qui a été précédée d’une vaste enquête qui a débuté en 1999 à l’Université de Göteborg - se dit optimiste quant aux possibilités d’avoir des enfants chez les patients. , expliquent-ils, après un maximum de deux grossesses, il serait nécessaire de prélever l'utérus pour éviter l'apparition de complications telles que l'utilisation de médicaments immunosuppresseurs pour éviter le rejet des organes.

Naissance d’un bébé après une greffe d’utérus de donneuse décédée (Août 2019).