La seule situation désagréable, lourde et très stressante liée à la fièvre qui peut arriver à 3-5% des enfants (âgés de six mois à cinq ans) est une crise fébrile. Le Convulsions fébriles typiques sont bénignes, ne laissez pas de séquelles ou ne font pas l'enfant avoir plus de risque d'épilepsie à l'avenir.

Il est normal que les parents qui ont un enfant qui a eu une crise fébrile essayent d'éviter une seconde crise en prenant toutes sortes de mesures pour traiter la fièvre. Le plus important est de savoir que le traitement agressif de la fièvre par des moyens physiques ou par des antipyrétiques (ibuprofène ou paracétamol) pour réduire la fièvre ne s'est pas révélé efficace pour éviter ces complications. De plus, la toxicité potentielle de ces médicaments fait qu'il est contre-indiqué d'administrer des antipyrétiques à cette fin.

Pour les familles d’enfants qui ont eu une crise fébrile, leur pédiatre leur expliquera comment agir et leur indiquera quel traitement ils devraient administrer à l'enfant au cas où la crise ne s'atténuerait pas spontanément.

Baisser la température corporelle en faisant fièvre l'enfant nue ou en lui donnant un bain dans de l'eau tiède abaisse temporairement la température tout en gaspillant toute l'énergie (calories) que cet enfant a l'habitude de passer de la température normale à la fièvre. Dans ce contexte, l’hypothalamus (votre thermostat) vous obligera à nouveau à atteindre la bonne température pour combattre l’infection, ce qui entraînera une dépense supplémentaire en calories, ce qui ne peut souvent pas être satisfait par l’utilisation de glucides l'enfant sera obligé de brûler de la graisse en paraissant acétone et aggravation de l'état général de l'enfant.

Fièvre, convulsions : que faire ? - La Maison des maternelles #LMDM (Septembre 2019).