La Food and Drug Administration des États-Unis (FDA) a approuvé le 28 mars l’emploi de ocrelizumab (Ocrevus) -développé par Roche- pour traiter les patients atteints sclérose en plaques récurrent (EMR) et Sclérose en plaques primaire progressive (PPMS), qui sont les deux formes de la maladie dont souffrent les personnes les plus touchées lorsqu’elles sont diagnostiquées.

Comme l'explique Sandra Horning, directrice médicale et responsable du développement mondial des produits chez Roche, il s'agit d'une avancée significative pour les patients, car l'ocrélizumab, qui il est administré tous les six mois par voie intraveineuse, il s'agit du premier traitement approuvé pour le traitement de la sclérose en plaques approuvé par la FDA qui peut modifier l'évolution des formes récurrentes et des formes EMPP, manifestation très invalidante de cette pathologie.

La SPPP affecte environ 15% des patients atteints de sclérose en plaques

Efficace pour éviter les rechutes et réduire l'invalidité

Et c’est que dans les études de phase III menées pour vérifier l’efficacité de ce médicament, il a été constaté qu’au cours de la période de traitement contrôlé de deux ans, il réduisait de 46 à 47% le taux de rechute par an, retardé l'aggravation de handicapet les lésions cérébrales observées par résonance magnétique étaient significativement réduites par rapport aux doses élevées d'interféron bêta-1a.

Le sclérose en plaques primaire progressive, pour lequel il n'existait jusqu'à présent aucun traitement approuvé par la FDA, affecte environ 15% des patients atteints de sclérose en plaques et se caractérise par une aggravation continue des symptômes et une progression consécutive de l'invalidité. D'où la grande importance pour ces personnes de cette nouvelle option thérapeutique.

FDA autorise un spray contre la dépression (Septembre 2019).