En 2017, environ 6,3 millions les enfants de moins de 15 ans sont morts dans le monde pour des raisons essentiellement évitables, selon le dernier rapport sur la mortalité infantile publié par l'Unicef, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Division de la population des Nations Unies et le Groupe de la Banque mondiale. Les enfants de moins de cinq ans sont les plus vulnérables.

Des complications liées à l'accouchement, à la pneumonie, à la diarrhée, à la septicémie néonatale et au paludisme, entre autres causes, ont causé la mort de 5,5 millions d'enfants de moins de cinq ans. 2,5 millions d'enfants sont morts au cours du premier mois de vie, 1,6 million au cours de la première année et 1,4 million entre un et quatre ans. Parmi les causes de décès fréquents, on compte la noyade et les accidents de la route, tous deux prévisibles ou, au moins, sur lesquels on peut agir, et parmi les adolescents de moins de 15 ans.

La majorité des décès de nourrissons pourraient être évités grâce à de simples mesures sanitaires, telles que l'amélioration des soins lors de l'accouchement ou de l'accès aux médicaments ou à l'eau potable

Il est vrai que la mortalité chez les enfants et les adolescents a considérablement diminué au cours des vingt dernières années. Depuis l'an 2000, la mortalité chez les enfants de 1 à 4 ans a diminué de 60%, celle des nouveau-nés (au cours du premier mois de la vie) de 41% et celle des enfants de un à 11 mois de 51%. Mais, malgré ces données positives, le rapport estime que en 2030, 56 millions d'enfants de moins de cinq ans perdront la vie, la moitié d'entre eux sont des nouveau-nés. Ils sont encore trop nombreux, surtout si l’on prend en compte le fait que beaucoup de décès pourraient être évités avec des mesures aussi simples que l’accès aux vaccins, à l’électricité, à l’eau potable, aux médicaments ...

Différences de mortalité infantile selon le lieu de naissance

Si l’on tient compte de la géographie, la région la plus dangereuse pour un enfant est l’Afrique subsaharienne. La moitié des décès survenus chez les moins de cinq ans en 2017 sont survenus dans cette région et 30% en Asie du Sud. Un enfant né dans ces deux régions du monde a neuf fois plus de risques de perdre la vie au cours du premier mois de la vie qu'un bébé né dans un pays à revenu élevé. En Afrique subsaharienne, 1 enfant sur 13 meurt avant l'âge de 5 ans, tandis que dans les pays à revenu élevé, un enfant sur 185 meurt, soit même 20 fois plus qu'en Australie et en Nouvelle-Zélande. Sur 1 000 naissances survenues en Afrique subsaharienne, 76 enfants meurent, contre 5 en Europe. Parmi tous les pays où la mortalité infantile est la plus élevée, six appartiennent à cette région africaine.

Mais il existe également des différences entre les pays eux-mêmes, par exemple les enfants des zones rurales ont un taux de mortalité 50% supérieur à celui des enfants des zones urbaines. Il en va de même pour les enfants de mères sans études.

J'ai découvert qu'il me restait une semaine et je l'ai gardé secret (Septembre 2019).