Un cas sur 10 de syndrome prémenstruel pourrait être causée par la consommation de alcool. Cela a été révélé par une étude réalisée par des membres de l'Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, du Centre de recherche biomédicale en épidémiologie et réseau de santé publique de Madrid (Espagne) et de l'Université de Southampton (Royaume-Uni).

La recherche, publiée dans le magazine BMJ Open, a démontré un lien entre l’alcool et les symptômes ressentis par certaines femmes avant les règles, tels que les sautes d’humeur, la fatigue, la dépression, l’irritabilité, les problèmes de sommeil, les maux de tête ou les seins, pouvant être davantage intense si vous buvez de l'alcool régulièrement.

En Europe et en Amérique, 59,9% des femmes consomment de l'alcool régulièrement et 12,6% en abusent.

En particulier, María del Mar Fernández, l'auteure principale de l'étude, et ses collègues ont découvert que la consommation d'alcool pourrait augmenter le risque de syndrome prémenstruel de 45%, pourcentage qui passe à 79% si les quantités sont abusives.

L'alcool pourrait modifier les hormones sexuelles féminines

Dans le cadre de cette étude, 39 recherches portant sur 19 pays différents ont été analysées et rassemblaient plus de 47 000 participants. Les chiffres mondiaux de la consommation d'alcool sont alarmants: 28,9% des femmes en consomment régulièrement et 5,7% le font de manière excessive. Les régions de la planète où cette substance est la plus consommée par les femmes sont l’Europe et l’Amérique, où les données antérieures montaient respectivement à 59,9% et 12,6%.

Bien que les causes ne peuvent pas être établies de cette association, les auteurs du travail ont déclaré que cela pourrait être dû à l’alcool causant des modifications dans la hormones stéroïdes sexuelles, dans la gonadotrophine et dans les taux de sérotonine - l’hormone dont dépend l’humeur. Même dans ce cas, ils expliquent qu'il est encore nécessaire de mener de nombreuses études pour confirmer ces hypothèses.

Syndrome pré-menstruel et alcool : augmentation du risque (Août 2019).