Le Dr. Esther Serrano Poveda, pédiatre de l’équipe de soins primaires du CS Benicalap Miguel Servet de Valence et coordinateur du Groupe d'éducation pour la santé de l'Association espagnole de pédiatrie en soins primaires (AEPap), est l’un des auteurs du livre School Aid Guide pour la gestion pratique des problèmes pédiatriques les plus fréquents à l'école et à la garderie, un nouveau manuel préparé par les pédiatres et destiné aux enseignants et aux responsables des bébés, des enfants et des adolescents, dans lequel ils proposent des informations pratiques, mises à jour en fonction des dernières évidences scientifiques, sur les troubles ou les accidents qui affectent le plus souvent la santé des mineurs pendant leur séjour à la crèche ou à l'école (asthme, allergies et intolérances, fièvre, douleurs abdominales, poux ...), et la meilleure façon de les prévenir ou de les traiter. Nous discutons avec le Dr Serrano des objectifs du guide et de ses diverses utilisations.


Ils viennent de présenter le School Aid Guide pour la gestion pratique des problèmes pédiatriques les plus fréquents dans les écoles et les crèchesQuels sont ces problèmes pédiatriques auxquels les soignants et les enseignants sont confrontés?

Lorsque nous avons envisagé de faire ce guide, nous avons passé en revue ceux qui existaient déjà et nous avons constaté que la plupart d’entre eux étaient conçus comme des guides de secourisme, axés sur les urgences: une plaie, un robinet, une hémorragie, un étouffement ... et Alors que les institutions promeuvent beaucoup de soins pour la chronicité, tant chez les adultes que chez les enfants, nous avons trouvé dans certaines communautés d’autres guides parlant de pathologies spécifiques, telles que la prise en charge à l’école de l’enfant diabétique ou de l’épileptique. Nous voulions unifier tous ces sujets dans un seul guide, également accessible et gratuit, afin de créer un site fiable sur lequel vous pourrez tout consulter. Nous traitons des problèmes tels qu'un accident ou les urgences les plus graves et les plus fréquentes à l'école, telles que blessures, traumatismes, vomissements, fièvre, douleurs abdominales…, afin que les enseignants et les soignants sachent comment les gérer, la maladie coeliaque, l'épilepsie ou les régimes spéciaux pour les personnes souffrant d'allergies ..., et même une section qui inclut d'autres aspects liés aux soins des enfants en général, mais pas strictement aux problèmes de santé. Par exemple, nous parlons d’hygiène, de la façon de changer la couche, de la manière dont ils doivent agir s’ils détectent un abus, des doses les plus fréquentes de médicaments qu’ils pourraient être amenés à prendre… Nous avons essayé d’unifier tous les aspects de la prise en charge de tous les types d’enfants, d'un enfant en bonne santé qui a subi un accident, à un qui souffre d'une maladie chronique. Et aussi il est orienté sur les périodes d'exclusion de l'école lorsque le mineur souffre d'une pathologie infectieuse, et les périodes de repos nécessaires à la maison jusqu'à ce que ce soit mieux.

Les parents ont souvent de nombreux doutes et craintes lorsque leurs jeunes enfants présentent des symptômes tels que fièvre ou toux. Devraient-ils également lire le guide?

Il s’agit d’un guide destiné aux enseignants et aux éducateurs, mais les parents peuvent le lire parfaitement. Il s’agit surtout du rôle de l’enseignant, car lorsque l’enfant est à l’école ou dans une garderie, c’est l’enseignant qui le voit en premier. ou le soignant, et il vous dit comment réagir et quand informer les parents. Bien que le guide se trouve sur une page pédiatrique professionnelle et soit diffusé dans les écoles, vous pouvez, par exemple, accrocher sur le site Web de la LPCA de chaque école pour que les parents puissent le consulter. Dans la AEPap Nous avons déjà une ressource destinée aux parents et aux adolescents, au Web, à la famille et à la santé, et même si sur cette page le texte a été écrit pour les parents et le nouveau guide a été écrit pour les enseignants et les éducateurs, le contenu est la idem

Le guide comprend des présentations au format PowerPoint, afin que les enseignants et les pédiatres disposent d’un matériel facilitant la tâche de dissémination d’un problème en particulier.

Le nouveau guide s’adresse également aux pédiatres des soins primaires, car une partie de notre travail consiste à réaliser des activités communautaires. Ils demandent, de la part des écoles, que nous donnions des conférences de formation, soit à l’intention des étudiants, soit aux enseignants eux-mêmes. ils rencontrent des problèmes qu'ils ne savent pas maîtriser, comme par exemple lorsqu'un enfant allergique est victime d'une réaction. Dans ce cas, le pédiatre va à l'école pour expliquer comment il doit agir en cas d'anaphylaxie. C’est pourquoi, dans le guide, en plus des textes, nous avons préparé des présentations au format PowerPoint de sorte que les enseignants et les pédiatres, si à un moment donné, aient besoin de faire rapport sur un sujet spécifique, aient un matériel avec le travail effectué, ce qui facilitera grandement ce travail. Certains d'entre eux PowerPoint Ils sont très faciles et même les enseignants eux-mêmes peuvent les transmettre au reste du personnel enseignant. D'autres, plus compliqués, sont indiqués, en particulier pour les pédiatres.

Comment ont-ils fait connaître le Guide aux enseignants et aux éducateurs?

Nous avons pris un communiqué de presse pour informer toute la population de l’apparition de ce guide. Le AEPap Il effectue également un travail de diffusion auprès de tous ses partenaires - nous sommes environ 3 700 pédiatres -, qui reçoivent une note par le biais de la liste de diffusion dans laquelle ils sont informés de l’édition du guide, et qui reçoivent quelques lettres informatives. Format PDF afin qu’ils puissent à leur tour les distribuer dans toutes les écoles de leur région, par courrier ou en personne, comme ils préfèrent le faire, afin que les responsables de ces écoles puissent télécharger le guide ou l’afficher sur leur site Web, s’ils le souhaitent. . Les pédiatres eux-mêmes agissent donc comme un réseau de diffusion. Dans le même temps, nous utilisons les réseaux sociaux: Twitter, Facebook, la newsletter de la AEPap..., et nous avons également une liste de diffusion des sociétés autonomes fédérées, à laquelle une lettre spécifique est envoyée leur demandant de publier les informations sur leur site web professionnel des pédiatres de la communauté à laquelle ils appartiennent, afin que également découvrir les professionnels qui ne sont pas membres de la AEPap. Nous diffuserons également le guide sur notre site Web pour que les parents connaissent leur existence et puissent partager cette information avec les écoles de leurs enfants. De plus, nous avons préparé des lettres pour informer les établissements d’enseignement et leur offrir la possibilité d’être recommandées comme ressource utile pour leurs écoles.

Pour élaborer le guide, avez-vous déjà parlé aux soignants et aux enseignants avant de connaître leurs doutes et leurs préoccupations?

Nous avons parlé, mais au niveau de la consultation; en d'autres termes, nous avons mené une étude pour déterminer quelles matières avaient été posées par les écoles en consultation, soit parce que, lorsqu'elles rencontraient un problème spécifique avec un enfant, elles nous demandaient d'expliquer comment le gérer, ou à cause des problèmes Plus fréquents que ceux présentés par les enfants qui sont venus à nous de manière urgente à la consultation accompagnés d'un enseignant. Sur cette base, nous avons également décidé des sujets que nous allions inclure et nous avons essayé de le rendre aussi complet que possible. En tout cas, c'est un guide ouvert; En fait, à la fin, nous avons inclus un document d’évaluation dans lequel il est prévu que toutes les personnes utilisant le guide, qu’il s’agisse d’enseignants, de parents ou de pédiatres, ont la possibilité de commenter et de dire ce qu’elles pensent être juste. ou mal, ou s'il manque quelque chose qu'ils considèrent important, afin de le corriger ou de l'étendre.

Il s’agit d’un guide ouvert, comprenant un document d’évaluation, de sorte que ceux qui l’utilisent aient la possibilité de commenter et de dire ce qu’ils pensent être juste ou faux, ou ce qui manque, et ainsi pouvoir le corriger ou le prolonger.

Dans le cas d'enfants souffrant de maladies chroniques telles que des allergies ou de l'asthme, ne serait-il pas pratique pour eux de recevoir une formation quelconque pour mieux comprendre leur maladie et ce qu'ils devraient faire s'ils souffrent d'une crise d'asthme ou d'une réaction allergique?

Oui bien sur que oui; en fait, il existe des unités d'allergie ou de pneumologie qui organisent des ateliers pour les parents d'enfants ayant ce type de pathologies et même pour les enfants eux-mêmes. Dans certains centres de santé, des ateliers sont également organisés pour les enfants, en particulier pour les patients asthmatiques. Et les informations fournies par le guide, bien qu’il soit préparé pour les enseignants, peuvent être utilisées pour animer un atelier destiné aux enfants eux-mêmes, bien que ce ne soit pas leur objectif. L'idéal serait de disposer du temps et des ressources nécessaires pour organiser des ateliers pédagogiques pour les enfants et les adolescents dans les centres de santé ou les écoles. Le matériel de guidage peut vous aider dans cette tâche, bien que s'il soit utilisé pour informer le public. Les adolescents devraient changer un peu le format, mais le contenu est utile.

J'ai vu que dans le guide, il y a aussi une section qui informe des mesures à prendre en cas de maltraitance des mineurs, mais que la maltraitance entre pairs est également mentionnée, ou l'intimidation, il n’est pas clair pour moi quelle devrait être l’attitude des enseignants dans ce cas.

Nous avons créé un thème informatif sur le problème de la maltraitance en général, en essayant de faire prendre conscience aux enseignants qu’ils doivent agir; aucun type spécifique d'abus n'est spécifié, mais cela inclut tout le monde. Si vous regardez l'algorithme final, la boîte dans laquelle les sujets importants sont mis en évidence est que le rôle de l'enseignant n'est pas d'enquêter sur rien, ni d'être témoin, ni d'intervenir auprès des parents, mais plutôt Vous ne devez donner qu’une partie des soupçons, puisque vous en avez l’obligation, comme nous le faisons pour les pédiatres, ou pour toute autre personne qui sait ou soupçonne qu’une situation de maltraitance peut se produire, d’avertir les autorités. Être un l'intimidation, c’est un abus domestique, c’est-à-dire qu’il devrait être notifié aux autorités compétentes, puis les mesures appropriées seront prises. Dans le cas de l'intimidation en particulier, je suppose que ces mesures devraient être prises par les établissements d’enseignement, mais nous entrons déjà dans un domaine très spécifique qui n’est pas l’objectif du guide, dont la mission est avant tout de faire prendre conscience aux enseignants qu’ils doivent le notifier, et à partir de là, selon le type d’abus, il faut agir d’une manière ou d’une autre. Ce qui est prévu, c’est que les enseignants sachent qu’ils ont plusieurs heures avec leurs enfants et peuvent être pleinement conscients de ce qui se passe et que, dans ces cas-là, il n’est jamais nécessaire fermer les yeux.

Les enseignants ont l'obligation, comme nous les pédiatres ou toute autre personne qui sait ou soupçonne l'existence d'une situation de maltraitance d'enfant, d'avertir les autorités

¿Qué es un cristal líquido? ¿Qué nos aporta? por la Dra. Esther del Río (Septembre 2019).