Avant un dysphagie aux aliments à l'état liquide, la stratégie principale à suivre est de modifier la viscosité de ces aliments. Autrement dit, nous devons éviter la consistance liquide à tout prix. La méthode pour y parvenir consiste à ajouter des produits épaississants aux liquides et à les rendre ainsi solides.

Puisque nous avons mentionné la viscosité, voyons ce que c'est. La viscosité est la résistance d'un aliment à l'écoulement. Appliqué à la nourriture, c'est la force nécessaire pour faire glisser un fluide de la cuillère à la langue.

Nous classons les aliments dans quatre types de viscosité:

  • Viscosité fine: c'est celle à laquelle aucune modification n'est appliquée, par exemple l'eau.
  • Viscosité de type nectar: ​​l'aliment peut être pris en gorgée et avec une paille, par exemple un jus à la pulpe.
  • Viscosité de type miel: la nourriture ne peut pas être prise avec une paille; il se prend à la cuillère mais ne conserve pas sa forme, par exemple le miel.
  • Viscosité de type pudding: elle se prend à la cuillère et conserve sa forme, par exemple le caillé.

Il sera nécessaire d'étudier chez chaque personne quelle est la viscosité qu'il tolère pour certifier sa sécurité jusqu'à son alimentation. Selon ce degré de viscosité, l'alimentation doit être adaptée. Si une personne souffrant de dysphagie aux liquides tolère la viscosité de type 3, le miel, vous pouvez prendre des aliments de type miel ou de type pudding, mais pas le type nectar ou non modifié. En principe, plus un aliment est visqueux, plus il est sûr en termes de dysphagie par rapport aux liquides.

De toute façon, le l'hydratation Il doit également être assuré, de sorte qu'il n'est pas possible d'éliminer les boissons et de ne les remplacer par rien d'autre dans le régime. Il existe deux systèmes pour s'hydrater dans ces cas. La première consiste à éliminer les aliments liquides de l'alimentation et à les remplacer par de l'eau gélifiée. L'eau gélifiée est un produit spécialement conçu pour la dysphagie. Elle consiste en une masse colloïdale et gélatineuse qui reste solide dans la bouche, qui mâche et sert à hydrater. Dans ce cas, la personne "prendra l'eau solide avec une cuillère". Il est important de différencier l'eau gélifiée de la gélatine du commerce qui n'est pas préparée à la dysphagie, car elle coule dans la bouche pour devenir liquide et causer la dysphagie.

La deuxième façon de contribuer à l'hydratation consiste à: modifier la viscosité du liquide par des épaississants. Les épaississants peuvent être des produits faits maison tels que la farine ou le maizena® ou des produits commerciaux. La quantité d'épaississant à ajouter à la boisson dépend de la viscosité que l'on souhaite obtenir. Par exemple, pour obtenir une viscosité de type pudding dans 100 ml d'eau, il faut ajouter environ 9 g d'épaississant. Pour obtenir une viscosité de type nectar, elles sont de 4,5 grammes pour 100 ml. Dans les liquides chauds, le mélange est fait plus facilement et rapidement que dans le froid. Et il est important de bien mélanger pour que le mélange ne présente pas de grumeaux et que sa texture soit complètement homogène.

Vous pouvez utiliser les deux méthodes ou en choisir une, mais dans tous les cas vous devrez toujours boire des liquides à solide.

Autre recommandations à prendre en compte dans un dysphagie aux liquides ils sont:

  • Évitez de mélanger les textures et les aliments en deux phases, car ils sont mal tolérés. Par exemple, une soupe avec des nouilles, du yaourt avec des morceaux de fruits ...
  • Épaissir ou supprimer tous les aliments liquides dans le régime, pas seulement les boissons. Parfois, nous oublions que les bouillons, les soupes ou les légumes avec le bouillon de cuisson fournissent également des composants liquides.
  • Retirez toute l'eau ou le bouillon contenu dans les aliments. Égouttez les légumes, les légumineuses, le bouillon de sirop ou de compote, etc.
  • Épaississez les sauces à la viscosité requise. Une viande en sauce avec une sauce très légère peut provoquer une dysphagie.
  • Éliminez les aliments qui, une fois mâchés, génèrent un liquide. Par exemple, orange, mandarine, etc.

Déglutition : comment limiter les fausses routes (Août 2019).