Les pauses respiratoires occasionnelles ne doivent pas toujours être pathologiques. Il est considéré apnée du sommeil lorsque ces pauses se produisent plus de trente fois pendant la nuit. Deux autres points clés pour atteindre un diagnostic d'apnée du sommeil avoir un entretien avec le patient et effectuer une polysomnographie.

Interviewer le patient

L'entretien clinique est important, car le patient ou son partenaire de lit doit être interrogé sur la présence de ronflements, de pauses respiratoires ou d'autres troubles du sommeil. La présence d'hypertension et d'obésité guide le diagnostic de l'apnée du sommeil.

Polysomnographie

Le diagnostic définitif est obtenu par un test appelé polysomnographie. C'est un type d'étude du sommeil où les épisodes d'arrêt de la respiration sont évidents. Ce test consiste à placer une série de capteurs (électrodes) dans différentes zones du corps et à les connecter à un équipement surveillant l'activité du cœur, des poumons et du cerveau, ainsi que les schémas respiratoires, les mouvements des bras et des jambes, et les concentrations d'oxygène dans le sang. De cette manière, le dossier obtenu fournit des informations sur l'existence des apnées, leur nombre et leurs répercussions sur les différents organes.

Parce que les traitements pour différents troubles du sommeil sont différents, il est important de poser un diagnostic précis et de déterminer exactement quel est le problème à l'origine du dérangement du sommeil.

Diagnostiquer simplement l'apnée du sommeil - Interview du Docteur Thibaut Gentina (Août 2019).