Les antécédents cliniques (entretien du patient avec le médecin au sujet de ses symptômes) et l'examen physique peuvent fournir des données qui font suspecter la présence d'un polycythémie virale, cependant, la réalisation d’essais complémentaires tels qu’un test sanguin ou une étude de la moelle osseuse sont fondamentaux pour atteindre le le diagnostic.

Dans l'analyse du sang, le médecin peut observer certaines modifications permettant de suspecter cette maladie:

  • Le fait le plus marquant est l’augmentation du nombre de globules rouges ou globules rouges, d’hémoglobine et d’hématocrite (pourcentage du volume de tout le sang dû aux globules rouges, mesuré en fonction de leur nombre et de leur taille). Les globules rouges sont généralement petits et hypochromes (ils ont moins de couleur que la normale lorsqu'ils sont examinés au microscope), en raison de la consommation excessive de fer dans la moelle osseuse.
  • Chez 50% des patients, on observe une augmentation du nombre de globules blancs (leucocytose), ainsi que de plaquettes (thrombocytose).
  • La vitesse de sédimentation des érythrocytes est faible.
  • La vitamine B12 et l'acide urique dans le sang sont généralement faibles, de même que l'érythropoïétine (EPO).

L'analyse de la moelle osseuse est une autre des méthodes utilisées pour l'étude de la polycythémie vraie. La moelle osseuse est le tissu mou qui se trouve à l'intérieur des os et sert d'usine aux cellules sanguines. Il existe différentes techniques pour en obtenir un échantillon, les plus fréquentes étant l’aspiration et la biopsie de la colonne vertébrale.

  • Aspiration de la moelle osseuse: elle consiste en l'extraction d'une petite quantité de ce tissu sous forme liquide en vue de son analyse. En laboratoire, on observe une augmentation des trois séries hématopoïétiques, à savoir les cellules précurseurs des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes.
  • Biopsie de la moelle osseuse: implique le retrait d'une partie de la moelle osseuse de l'intérieur d'un os. Ce qui est observé dans 85% des cas est une moelle osseuse hypercellulaire, c'est-à-dire qu'il y a une augmentation des cellules précurseurs des cellules sanguines.

Une autre étude pouvant être réalisée chez des patients chez qui on soupçonne une polycythémie vraie est tests génétiques. La mutation JAK2V617F est présente chez 85 à 95% des patients lorsqu'elle est déterminée par des techniques précises.

Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) (Août 2019).