Un diagnostic précoce du cancer du poumon Cela peut empêcher la tumeur de se propager trop et de devenir incurable. Cela nécessite une forte suspicion clinique et l'aide de tests complémentaires.

  • Clinique: vous devez être attentif à l'apparition d'une toux qui ne s'arrête pas ou d'autres changements soudains dans les voies respiratoires; Cette alerte revêt une importance particulière chez les fumeurs et les ex-fumeurs. Le médecin doit être informé du nombre d'emballages journaliers consommés par le patient afin de connaître son niveau de risque.
  • Radiographie thoracique: Il est capable de détecter de petites taches et des lésions jusqu'à deux ans avant l'apparition des symptômes. La détection d'un nodule pulmonaire ou l'élargissement du médiastin (partie centrale du thorax où se trouvent des ganglions lymphatiques) peuvent donner lieu à une suspicion de malignité chez un fumeur.
  • TAC: La tomographie axiale informatisée crée des images de la poitrine en coupes et permet de voir la taille de la tumeur et si elle affecte les organes voisins.
  • PET-TAC: combine les performances du scanner avec la tomographie par émission de positrons. Un médicament (analogue du glucose) marqué avec un isotope radioactif est administré et sa diffusion est attendue. Cette radioactivité et l’activité métabolique qu’elle produit dans les cellules des lésions malignes seront capturées par une chambre de médecine nucléaire et permettront d’obtenir des images de diagnostic supérieures à une tomodensitométrie normale. Il fournit des informations sur les blessures qui ne sont pas bien clarifiées avec le TAC, et s'il y a une extension dans d'autres organes.
  • Bronchoscopie: C'est fait une fois que la tumeur est localisée et si elle est proche d'une bronche. Il consiste à introduire une caméra avec des pincettes qui prélèvent des échantillons de la tumeur, à effectuer une analyse au microscope et à pouvoir différencier son type. De cette façon, vous pouvez décider quel est le meilleur traitement. Actuellement, le ecobronchoscopie (EBUS) introduire une caméra à ultrasons à travers le bronchoscope qui permet d'accéder aux ganglions lymphatiques suspects et de les biopsier avec une aiguille selon la même procédure.
  • Cytologie des expectorations: C'est une méthode moins invasive que la précédente. Elle consiste à effectuer une analyse microscopique des expectorations du patient pour rechercher des cellules malignes. C'est fait quand il y a des soupçons de cancer du poumon.
  • Thoracentèse: Ponction thoracique pour extraire le liquide de l'épanchement pleural, le cas échéant, et rechercher les cellules malignes au microscope.
  • Biopsie en ouvert: Lorsque la tumeur n'est pas accessible par bronchoscopie et qu'elle est située à la périphérie du poumon, une biopsie peut être réalisée en faisant une petite ouverture vers la poitrine de l'extérieur.
  • Biopsie guidée par scanner. Il consiste à biopsier avec une aiguille les lésions les plus périphériques ou près de la paroi thoracique, en les visualisant simultanément avec un scanner en temps réel.
  • Médiastinoscopie, thoracoscopie vidéo assistée. Utilisé dans certains cas complexes pour diagnostiquer, nécessitant une salle d'opération pour les mener à bien. Ils consistent à effectuer une endoscopie avec un tube fin comportant une caméra insérée dans différents espaces thoraciques (médiastin) créés entre les poumons, les artères, les veines et les ganglions.

Stadification du cancer du poumon

La stadification du cancer du poumon consiste à déterminer l'étendue du cancer dans le corps humain, à déterminer le traitement le plus approprié et à déterminer si le pronostic est favorable ou non. À cette fin, des tests d'image tels que le scanner sont essentiels, ce qui permet de montrer les structures affectées. Si le scanner ne suffit pas, on peut utiliser le médiastinoscope, c’est-à-dire un dispositif qui peut être inséré dans la cavité entre les deux poumons (médiastin) et montrer les structures touchées.

La mise en scène est classée selon trois points à savoir représentés par trois lettres; Chaque lettre se voit attribuer un numéro en fonction du niveau d’atteinte tumorale:

  • T: extension locale de la tumeur et structures voisines possibles affectées.
  • N: nombre et emplacement des nœuds thoraciques affectés.
  • M: existence ou non de métastases.

Nouveaux traitements en cancer du poumon IUCPQ (Août 2019).